La saison de mohamed rabie MEFTAH [30]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La saison de mohamed rabie MEFTAH [30]

Message par Admin le Mer 18 Avr - 0:30

La saison 2006/2007
Mohamed Rabie MEFTAH (22 ans) [ Défenseur ]
Né le : 05/05/1985 à Tizi Ouzou (Algérie)

Parcours:

2006->2007 : JS Kabylie (D1)
2005->2006 : JS Kabylie (D1)
2004->2005 : JS Kabylie (D1)


b]La Sélection en chiffres:[/b]
2 sélections
0 but
1e Sel. :Algérie 0-2 Gabon (15-08-2006)
[Matchs en selection]
- 03/09/2006 : Guinée 0-0 Algérie
- 15/08/2006 : Algérie 0-2 Gabon

Il avait signé pour 2 ans durant l'été 2005, donc il sera libre fin juin 2007

A vos claviers...

Admin
Admin

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 17/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://jskabylie.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La saison de mohamed rabie MEFTAH [30]

Message par espoir le Jeu 15 Nov - 8:41

Meftah «Je savais que j’allais être rappelé en sélection»
Comment avez vous accueilli votre convocation au prochain stage des Verts ?

Pour moi, ce n’est qu’un retour, dans la mesure où cela fait quand même près d’une année que je suis avec la sélection. Il est vrai que j’ai raté les deux derniers stages pour des raisons que j’ignore, mais je savais que j’allais être rappelé tôt ou tard. Par ailleurs, je suis très content de cette convocation. C’est avec un grand plaisir que je retrouve la sélection, son ambiance, les copains. Ça commençait à me manquer.Vous vous attendiez donc a être rappelé ?
Oui absolument!
Même après le départ de Jean-Michel Cavalli ?
Oui! Il est vrai que je dois beaucoup à M.Cavalli, c’est quand même lui qui m’a sélectionné pour la première fois. Il m’a intégré dans le groupe et investi de sa confiance dans un moment crucial. Nous jouions quand même la qualification pour la CAN. Seulement, je tiens à dire que si M. Cavalli m’avait sélectionné, ce n’est pas pour mes beaux yeux. Je n’étais donc pas inquiet pour ma place en sélection.
Revenonsà votre club si vous le voulez bien. Ce jeudi, (entretien réalisémardi, ndlr) vous jouerez l’ES Sétif à domicile, comment se présentepour vous ce match ?

Je ne vous apprendrais rien en vous
disant que ça va être un match difficile. Sétif est une équipe qui n’est plus à présenter. Ils viendront certainement avec l’intention de repartir avec un résultat probant de Tizi. Nous avons appris à nousméfier d’eux. Nous les respectons, sans plus. Car sur le terrain ce sera une tout autre histoire. Après la défaite de Chlef, un autre faux pas ne serait pas le bienvenu. Nous jouerons chez nous et devant notre public, on n’a donc pas le droit de décevoir.
N’y a-t-il pas de la revanche dans l’air après la défaite de l’an dernier ?
Non, pas du tout. Je pense qu’on ne devrait pas parler de revanche. Ce match fait partie du passé. Ce jeudi, on jouera un autre match. Tout ce qui nous importe ce sont les trois points.
Avouez que votre match ne sera pas facile…

On le sait déjà. Comme je vous l’ai dit, on sait à quoi s’attendre. Le groupe s’est bien préparé en conséquence. Tout le monde est hyper motivé pour réaliser un bon match. On est confiants.
Le buteur du 15/11/07



_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La saison de mohamed rabie MEFTAH [30]

Message par espoir le Mar 19 Fév - 23:20

JSK - Rabie Meftah en pèlerinage chez Matoub Lounès
«C'est lui la Kabylie»

La saison 2004-2005 sera toujours marquée d’une pierre noire dans l’histoire du club kabyle. Ce fut l’une des rares saisons au cours de laquelle les joueurs de la JSK sont partis en vacances les mains vides. Jugez-en : élimination en Ligue des champions africaine dès le premier tour face au modeste Fello Stars, élimination précoce en Coupe d’Algérie et perte du titre de champion durant les dernières journées après un nul à domicile face à Annaba. Face à ces échecs à répétition, Hannachi voulait frapper fort avant même la fin de saison en mettant le paquet pour recruter les meilleurs joueurs disponibles sur le marché : Yacef, Herkat, Oussalah , Ouslati et Hemani viendront tour à tour renforcer les rangs de l’équipe kabyle. René Taelman, le technicien belge sera engagé quelques semaines plus tard et ramènera avec lui deux excellents milieux de terrain, le Libyen Omar Daoud et le Béninois Wassiou pour faire de l’effectif kabyle le plus riche de la D1. Le nouvel entraîneur pensait avoir les choses claires avec d’une part les titulaires à part entière et les remplaçants qui devront saisir la moindre chance et d’autre part les jeunes promus qui se contenteront de s’entraîner et de suivre les matchs de la JSK depuis les tribunes ou en face de leur téléviseur. Pourtant, Taelman et après quelques séances d’entraînement en forêt changera vite d’avis à propos de l’un de ces jeunes loups débarqués de la catégorie junior : Mohamed Rabie Meftah a montré des aptitudes physiques hors du commun qui lui ont permis de surclasser tous ses coéquipiers et de trouver grâce aux yeux de l’entraîneur belge qui, tout au long de son passage à la JSK, l’a toujours convoqué dans les 18. Egalement impressionné par la condition physique et la hargne du cadet des Meftah, Jean-Yves Chay qui avait remplacé au pied levé Taelman, continuera à lui faire confiance en le convoquant sans lui accorder la moindre minute. La blessure de Raho constituera le tournant de la carrière de Meftah. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, Meftah saisit sa chance et multiplie les prestations efficaces que même le rétablissement de Raho n’effacera pas. Une première convocation en équipe nationale changera complètement la donne et le grand Raho s’est retrouvé sur le banc comme doublure de Meftah. Ce fut l’année de tous les succès avec notamment le titre de champion d’Algérie au bout. Dès lors et en dépit de la parenthèse Aït Djoudi qui lui faisait moins confiance malgré son statut d’international, Meftah gagnera en maturité pour devenir avec Moussa Saïb la force tranquille d’une équipe kabyle étonnante de régularité. Il en est même devenu un symbole de par son statut d’enfant du club et de pur produit de l’école de la JSK. Comme sur le terrain, Meftah se fait discret avec les médias. Une timidité qui ne l’a pas empêché de passer avec nous la journée pour faire connaître aux supporters de la JSK les autres facettes de sa personnalité sous forme d’un reportage que voici :
«Pour moi, la Kabylie, c’est Matoub»
A l’issue de la dernière victoire face au MCO, Saïb a accordé à ses joueurs deux jours de repos. Une belle aubaine de rencontrer Meftah. Rendez-vous a donc été pris samedi matin à 9h 30 au quartier Mondial en plein centre ville de Tizi Ouzou. L’heure H, point de Meftah au lieu convenu. 10’ plus tard, notre portable sonne et affiche le numéro du joueur kabyle qui s’est fendu en excuses : " Mille excuses, je suis un peu en retard, je serai à vous dans quelques minutes. " Après les salutations d’usage, le premier geste de Meftah a été de faire un tour au kiosque du coin pour feuilleter Le Buteur dont la Une revenait sur le match du week end face au Mouloudia d’Oran. Premier constat : dans le quartier qui l’a vu grandir, Meftah est très apprécié puisque pendant les quelques minutes que nous avons passées sur place, il a été sollicité une dizaine fois pour des photos. Parmi ses fans, il y avait même une jeune demoiselle. Dès que nous avons pris place à l’intérieur de l’Audi A3 du joueur, ce dernier nous a proposé : "ça ne vous dérange pas trop si on fait une virée à Béni Douala ? Hier j’ai vu un long film sur Matoub et j’ai eu envie de faire un tour dans son patelin." Nous n’avons naturellement pas trouvé d’inconvénient d’aller faire ce petit pèlerinage au village du chantre de la musique kabyle. Quelques minutes avant d’arriver à Béni Douala, Meftah appelle son coéquipier Berrefane qui habite la région pour nous servir de guide le guide. On a trouvé le gardien de but kabyle à l’entrée du village à bord de sa Bora. Durant tout le chemin, on a été bercés par la voix de Matoub Lounès, véritable idole de Rabie. Même la sonnerie de son portable est une chanson. Pourtant et à la mort de Matoub, Meftah n’avait que 13 ans : "Cela ne m’a pas empêché de participer aux émeutes car j’ai grandi avec Matoub qui est plus qu’une idole pour moi à tel point que je ne peux pas écouter autre chose que Matoub, c’est lui la Kabylie." La discussion tournait presque exclusivement autour du Rebelle entrecoupée par quelques analyses de la rencontre du jeudi précédent. " On savait dès le départ que le match allait être difficile, en tant que leader nous sommes devenus l’équipe à battre, le MCO qui joue le maintien voulait coûte que coûte prendre un point. Heureusement que nous avons débloqué la situation en deuxième mi-temps, vous savez dans ce genre de matchs, le plus important ce sont les trois points."
«Saïb est un vrai pro»
Petit à petit, la discussion bifurquait vers le football et la JSK. Sur le chemin de Béni Douala, toutes les personnes qui reconnaissaient Meftah lui réclamaient le titre de champion d’Algérie. Ce dernier répondait par des sourires avant de lâcher : " Il y a quelques mois au lendemain de notre élimination en Ligue des champions africaine, personne n’aurait parié un sou sur nous, certains craignaient même le pire pour l’équipe. Aujourd’hui et à 9 journées de la fin, on est premiers avec sept longueurs d’avance, cela fait plaisir de voir tous ces gens parler du 14e titre, j’espère qu’on y arrivera avec l’aide de tout le monde. " Comment explique-t-il alors l’excellent parcours de la JSK après les inquiétudes du début de saison ? " Je dirais sans hésiter : le savoir-faire de l’entraîneur. Sincèrement Saïb a réussi de libérer les joueurs, c’est un vrai professionnel qui réussit souvent à mettre à profit sa riche expérience, personnellement j’ai appris beaucoup avec lui, c’est une fierté d’avoir une telle personnalité à la JSK. " On parlait des chances de la JSK de gagner le championnat lorsque Meftah s’est brusquement arrêté en faisant un geste à Berrefane pour lui demander de faire de même. "C’est là que Matoub a été assassiné !" Son visage triste s’est illuminé lorsqu’il a aperçu Lamara Douicher qui passait par hasard par là. "Quelle coïncidence !" a lâché Meftah avant de proposer à Lamara de nous accompagner à notre lieu de pèlerinage. Chose que le milieu de terrain kabyle a acceptée volontiers.
«Hannachi est un père pour moi»
On reprend la route et la discussion sur le football de plus belle. Le sujet cette fois-ci était un peu embarrassant pour le joueur puisqu’il s’agissait de ses contacts avec l’USMAn à l’intersaison. Meftah a dès le départ voulu que les choses soient claires : "Quitter la JSK pour une autre équipe algérienne ne m’a jamais traversé l’esprit, mais je ne pouvais quand même pas raccrocher au nez d’un président qui me sollicite. " Il nous racontera par la suite les détails des contacts avec Menadi : " Il y a eu plusieurs contacts en fait, mais jamais des négociations, M. Menadi voulait m’arracher l’accord de principe pour faire son offre, mais je lui avais dit à chaque fois que je n’étais pas intéressé. Cela ne l’a pas empêché d’insister et j’ai dû mettre mon haut parleur pour faire écouter à un ami les paroles de Menadi qui n’arrêtait pas de me supplier pour lui dire oui. J’ai donc un témoin pour confirmer mes dires." Il enchaîne tout de suite après pour expliquer cette fidélité indéfectible pour la JSK : "Je suis un enfant du club, j’ai été supporter de la JSK avant d’en devenir le joueur et je considère M. Hannachi comme mon propre père qui n’a jamais caché son estime envers moi. Je me rappelle que lorsque j’étais minime, il n’arrêtait pas de me parler et de me conseiller car j’étais stoppeur comme lui. Non, je ne peux pas trahir Hannachi même si Menadi me donnerait tout l’or du monde." C’est à ce moment-là qu’on est arrivés à Béni Aïssi au local commercial des Berrefane. Le frère aîné de Mourad nous rejoint et on continue vers Béni Douala. Au centre du village, Meftah s’arrête pour aller saluer et échanger quelques mots avec le père de Douicher. Ce dernier ne rate pas l’occasion de nous rappeler le but refusé à son fils à Saïda qui aurait pu changer le cours de la rencontre. On décide de rejoindre Taourirt Moussa et la tombe de Matoub à pied, ce qui nous a coûté plusieurs haltes pour les habituelles photos souvenirs avec les nombreux fans rencontrés en cours de chemin.
...(continue dans le prochain message)

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La saison de mohamed rabie MEFTAH [30]

Message par espoir le Mar 19 Fév - 23:20

«Nous sommes chez Matoub Lounès»
A mesure que nous nous approchions de Taourirt Moussa, la discussion sur Matoub reprenait petit à petit. Meftah s’est même surpris à nous raconter en détails le film qu’il avait vu la veille. Il était 11h 30 lorsque nous sommes arrivés chez Matoub. Dans le garage, la Mercedes que le défunt conduisait au moment de son assassinat. Des photos, des coupures de journaux étaient collés aux murs dont une Une du Buteur : "Gagnez pour Matoub !" lisait-on sur Le Buteur la veille d’une finale de Coupe de la CAF. Meftah qui était plongé dans ses pensées a lâché avec tristesse : "78 balles, vous vous imaginez ?" en faisant allusion au nombre de balles qui ont transpercé le corps du symbole de la Kabylie rebelle. Il s’approche ensuite d’un tableau de Matoub pour y poser à côté. Recueillement devant la tombe du défunt et visite guidée de la fondation Matoub Lounès grâce à deux jeunes filles rencontrées sur place. C’est à ce moment-là que la cloche de l’école primaire mitoyenne a sonné pour libérer les chérubins qui ont vite reconnus leurs trois idoles. Petit match improvisé au cours duquel Douicher s’en donne à cœur joie. Retour à la fondation où Meftah admirait religieusement les cadres de son idole avant de demander à Lamara : "On n’a rien raté ?" "Normalement, non", répondit Lamara. Dans le bureau de la fondation, les joueurs posent avec un trophée, un fanion de la JSK et un autre de l’Algérie. Cela a donné des idées à Berrefane qui a glissé : "C’est le 14e titre." Ainsi soit-il Mourad. Fin de la visite et passage au registre des condoléances. A leur sortie de la fondation, les trois joueurs seront littéralement assaillis par les écoliers qui leur réclamaient des autographes. Apparemment, l’information de la présence de Meftah, Douicher et Berrefane a circulé comme une traînée de poudre. Il était 13h lorsqu’on a quitté les lieux. Douicher et Berrefane prennent congés pour rentrer chez eux alors que nous avons pris le chemin de Tizi Ouzou.
«12 ans et déjà responsable»
Meftah est plutôt connu par le prénom Rabie, mais administrativement il s’appelle Mohamed. D’où lui vient le prénom Rabie ? "A ma naissance, mon père a décidé de me donner le prénom de Rabie, mais une vieille voisine lui avait conseillé de m’appeler Mohamed, pour elle c’est le prénom qui me convenait, par respect à elle, mon père a choisi Mohamed, c’est aussi simple que cela. Une semaine après ma naissance, cette bonne vieille dame est décédé", raconte Rabie qui a grandi dans le bonheur simple et l’insouciance avec comme principal passe-temps les matchs de foot au quartier. "Je passais tout mon temps à organiser des matchs, j’étais la terreur des vieux du quartier qui m’appelaient ‘le voyou’. C’est sur les terrains vagues que j’ai attrapé le virus du football qui ne me quitte plus, cela n’a pas échappé à mon oncle qui m’a inscrit à la JSK alors que je n’avais que 10 ans. J’ai débuté en benjamin après la victoire en Coupe des Coupes de 1995, ce jour-là j’étais au stade avec mon oncle et c’est là que j’ai décidé de faire du football mon métier", dira encore Rabie Meftah. Grâce à sa grande taille, il a été désigné défenseur central dès le départ. "Je jouais parfois arrière droit, mais c’est au centre de la défense que M. Mounaïm Kherroubi qui m’a beaucoup aidé, me faisait jouer, cet éducateur m’a d’ailleurs marqué ", se rappelle Meftah qui a eu la première déchirure de sa vie à l’âge de 12 ans. "Mon père est parti en France pour travailler et malgré la présence de mon grand-père et de mes oncles, j’ai senti une grande responsabilité en tant qu’aîné, cela m’a forgé ". Appelé à choisir entre l’école et le foot, Meftah avait préféré continuer sa passion pour le ballon rond en quittant les bancs de l’école en 8e année fondamentale. Il n’avait pas eu tort.
«2005 sera gravée dans ma mémoire»
Avant Rabie, d’autres Meftah sont passés par la JSK : Mahieddine et Rahim avec lequel il a joué deux saisons. Cela l’a-t-il aidé ? "Au contraire, c’était une pression supplémentaire, car on ne peut pas faire oublier un monstre comme Mahieddine, Rahim a pour sa part tout fait pour faciliter mon adaptation dès mes premiers pas en seniors, il y a eu aussi Khaled décédé dans un accident de la circulation Allah yerrahmou et qui aurait pu être un excellent joueur. " Cela n’a pas empêché Rabie de se faire un… prénom après avoir commencé à s’entraîner avec les seniors qu’étaient les Dob , Saïb , Belkaïd , Raho , Benhamlat. "Mais c’est l’année 2005 qui restera gravée dans ma mémoire car elle m’a permis de devenir titulaire à la JSK, de gagner un titre de champion et d’être convoqué en équipe nationale, tout s’est enchaîné trop vite pour moi à tel point que je ne voyais plus le temps passer." Se souvient-il de son premier match officiel en senior ? "Et comment ! Même si Raho s’était blessé, je ne pensais pas que j’allais remplacer car dans ma tête j’étais arrière central, pas arrière droit. Lorsque M. Chay est venu me demander si je pouvais jouer à droite, j’ai dit ‘oui’ sans réfléchir car je pensais sincèrement que je ne faisais que remplacer Raho le temps qu’il se rétablisse. La suite tout le monde la connaît." Pourtant, tout n’était pas rose pour Meftah qui pénétrait et quittait le terrain sous les sifflets des supporters malgré ses bonnes prestations : "Je comprends la réaction des supporters pour qui Raho était le titulaire indiscutable et moi la doublure, moi-même je m’en suis fait à cette idée, mais au lieu de me décourager, ces sifflets ont, au contraire, constitué une motivation supplémentaire pour moi, j’étais obligé de me remettre en cause tous les jours pour être à la hauteur. Vous savez, beaucoup de jeunes joueurs ont été applaudis au début de leur carrière pour être ensuite descendus en flammes au bout de quelques matchs pour ne plus relever la tête, moi j’ai été en quelque sorte habitué à la difficulté à tel point que j’ai appris à faire abstraction de tout ce qui se fait en dehors du terrain. "Il est 13h 40 et notre interlocuteur comme nous d’ailleurs commençait à avoir faim. On était déjà à Tizi Ouzou et l’endroit indiqué pour calmer notre estomac c’était le Mac Ben, l’endroit préféré des joueurs de la JSK. En cours de route, Meftah est revenu sur la parenthèse Aït Djoudi qui ne le faisait pas jouer malgré son statut d’international pour dire son incompréhension."Même si je n’avais rien compris à sa décision, je ne lui ai jamais demandé quoi que ce soit, ce n’est pas dans ma nature", s’est-il contenté de dire.
«27 ans est le meilleur âge pour se marier»
Passant à un autre sujet, nous sommes revenus sur les contacts que Rabie avait eus l’été dernier avec des clubs étrangers. Le concerné confirme : "C’est vrai, au départ c’était le club turc de Galatasaray qui s’est renseigné sur moi, le président était au courant , il y a eu par la suite un club hollandais, un manager voulait également me placer à Strasbourg , mais tous ces contacts n’avaient pas abouti à quelque chose de concret. Il y a eu aussi une offre du Raja, mais entre le Maroc et la JSK, je préfère la JSK. Personnellement, je n’en fais pas une obsession car je suis encore jeune et je fais entièrement confiance au président qui saura défendre mes intérêts et ceux de la JSK, et puis je suis quand même dans un grand club. De toutes les façons, on verra bien d’ici la fin de saison." Tout au long de notre reportage nos questions tournaient autour de la JSK et de la Kabylie alors que sur un plan intime on connaissait peu de choses de Meftah : "Je suis tellement pris par ma profession que je ne donne pas beaucoup d’importance aux choses de la vie ". Même pas le mariage ? "Oui bien sûr, mais pas pour le moment, pour moi l’âge idéal pour se marier c’est 27 ans et les critères sont, la réputation et la mentalité, le physique c’est secondaire." N’y a-t-il que le football dans la vie de Meftah ? " Pas du tout, j’aime par exemple jouer à la play station avec mon ami Moh Hendel, je regarde beaucoup la télé et les rares vacances que j’ai eues depuis que je joue en seniors, je les passe à Béjaïa, mes plages préférées sont Saket et Boulimat, tout le reste de mon temps c’est le foot qui se l’accapare. "
«Anwa wigui imazighen me donne des ailes»
Dans tous les clubs du monde le public est l’atout majeur. A la JSK, les supporters sont connus pour être fidèles, mais aussi très exigeants. Malgré des rapports difficiles avec le public kabyle, Rabie Meftah voue à ce dernier un grand respect car pour lui "il est le seul à pouvoir demander des comptes de par son attachement au club et son soutien indéfectible. Personnellement et en tant que kabyle lorsque j’entends les supporters scander le fameux ‘anwa wigui imazighen’, j’ai la chair de poule, je me sens pousser des ailes et je suis prêt à mourir pour les couleurs de la JSK ". Le vœu du défenseur kabyle c’est de conquérir de nouveau l’Afrique «juste pour faire plaisir à nos supporters car je sais qu’ils aiment beaucoup la Coupe d’Afrique, je me rappelle encore la joie que m’a procuré la victoire de 1995 alors que je n’avais que 10 ans ". Il est déjà 15h 30 et Meftah devait aller se reposer un peu. Avant de prendre congé, il sollicite Zafour et Redouane le propriétaire du restaurant pour une photo pour ensuite faire un crochet chez le photographe du coin pour développer sur place les photos pris durant la journée. " Surtout celles prises chez Matoub", précise Rabie.
En bref
Véhicule préféré : Audi A3
Plat préféré : El Methouam
Habillement : jeans et survêtement
La musique : Matoub
Le meilleur pays visité : Cap-Vert et Belgique
Le pays qu’il souhaite visiter : USA
L’adversaire qui l’a marqué : Mounir Zeghdoud
Le joueur qu’il aurait aimé avoir comme partenaire : Moussa Saïb en Algérie et Zinédine Zidane à l’étranger
Equipe préférée en Europe : FC Barcelone
Son complice en dehors du terrain : Brahim Zafour
Parfum préféré : Hugo Boss
Stade où il aime jouer : 5-Juillet
Meilleur souvenir : le titre de champion en 2006
Plus mauvais souvenir : l’année passée.
L’attaquant qu’il n’aime pas marquer : Issaâd Bourahli
Le onze du championnat :
Chaouchi, Meftah, Chebira, Demba, Zeghdoud, Dehouche, Belaoued, Bouazza, Hamidi, Younès, Ammour
Ent : Saïb
Lebuteur.com

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La saison de mohamed rabie MEFTAH [30]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum