Situation sécuritaire en Algérie

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Mar 12 Juin - 0:37

Alors qu’un autre procès de Hacène Hattab a été renvoyé
Une bombe désamorcée à la gare routière de Tizi-ouzou

L’ex-GSPC semble accentuer la pression sur les services de sécurité dans la wilaya de Tizi Ouzou. A moins d’une semaine après qu’une bombe avait fait un mort et neuf blessés à l’agence routière de Tizi-ouzou, voilà que les terroristes récidivent par un autre engin de mort déposé au même endroit.
Hier matin, aux environs de 10:30, une bombe a été désamorcée in extremis, par les éléments de déménages de la police, à la Gare routière. Cette fois-ci, l’engin explosif, de fabrication artisanale a été découvert dans un bus en provenance de Boghni, à en croire des témoins.
D’après certaines sources, le colis piégé a été découvert après la descente de tous les voyageurs. Il a été découvert dans une boîte de jus dans laquelle a été trouvé un portable qui devrait servir de détonateur.
Aussitôt l’alerte donnée, les policiers ont procédé au bouclage de la zone. Un large périmètre de sécurité fut, dès lors, instauré avant d’évacuer l’ensemble des voyageurs.
Des citoyens affirment avoir entendu, par la suite, une faible détonation. Ce qui laisse supposer que les artificiers ont procédé à l’implosion de la bombe. Une panique générale s’en est suivie, heureusement sans faire de blessés.
Les bus qui étaient sur les quais ont été immobilisés, ceux qui devaient entrer à la gare ont été contraints d’embarquer de l’extérieur, à l’image du bus desservant Hassi Messaoud, dont son départ quotidien est prévu à 11h, qui était contraint de le faire via le stationnement des fourgons de Drâa Ben Khedda.
L’accès des voyageurs a été également renforcé par les agents de la sécurité appartenant à la société de la Gare routière, appuyés par les éléments de la BMPJ. Une fouille systématique de tous les voyageurs a été instaurée pendant près de deux heures avant de lever les contraintes.
Contrairement à cette mesure de fouille qui s’applique, faut-il le souligner, d’une façon aussi légère à l’entrée de la gare, il n’en est pas de même pour celle réservée aux autocars, où les voyageurs qui y accèdent via les bus, ne subissent aucun contrôle. Ce qui aurait facilité la tâche de l’individu qui avait posé la bombe.
La tentative d’attentat d’hier a été perpétrée au moment où le tribunal criminel près la cour de justice, jouxtant la gare, s’apprêtait à juger, encore une fois, l’ancien chef de l’ex-GSPC, Hacène Hattab et l’un de ses acolytes B. Amar, tous deux en fuite, pour " adhésion à groupe terroriste armé et tentative d’homicide volontaire " avant que le tribunal ne décide de renvoyer le procès.
Ce qui laisse entendre, d’après certains analystes de la chose sécuritaire, que la main de Hattab n’est pas étrangère dans la tentative d’attentat d’hier et l’attentat meurtrier de mercredi passé. Ce dernier, faut-il le rappeler, est intervenu 48 h après que le même tribunal criminel avait condamné l’ancien chef de l’ex GSPC à la prison à perpétuité par contumace.
L’autre point de vue développé à ce sujet, est que Hacène Hattab veut adresser deux messages : celui de narguer d’abord les forces de sécurité, puisque les deux attentas sont commis face au commissariat centrale, et le second ayant trait pour démentir les informations contradictoires le donnant tantôt mort tantôt sur le point de se rendre aux services de sécurité à la faveur des mesures de la Charte pour la paix et la Réconciliation nationale.
D’autres par contre, attribuent les deux attentats aux éléments armés pris dans les tenailles des forces de l’ANP, pour desserrer l’étau et détourner l’arsenal pointé contre eux dans leur retranchement sur les hauteurs de la wilaya.
DDK du 12/06/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Jeu 14 Juin - 4:08

EXPLOSION D'UNE BOMBE ARTISANALE A ZEMMOURI
Deux blessés graves

Le groupe de terroristes des frères Hadjerès qui écument les environs de Zemmouri a, une autre fois, commis l’irréparable en déposant, hier, une bombe artisanale devant le magasin d’appareils téléphoniques géré par un ex-GLD, Agnou Mohamed, 38 ans. La bombe qui a explosé vers 12h40 a grièvement blessé deux personnes dont le GLD qui a vu, selon les sources médicales, ses deux jambes amputées.
Une troisième victime a été légèrement atteinte. L’engin piégé, mis dans un cabas, a été déposé par les terroristes devant la porte du magasin du GLD situé dans une artère très fréquentée du centre de cette agglomération, pas loin d’une école primaire. A noter que la bombe a été actionnée à distance à l’aide d’un téléphone portable.
Le Soir d'Algérie du 14/06/07

ZEMMOURI
Trois citoyens blessés par une bombe

Une bombe a explosé hier à Zemmouri faisant 3 blessés parmi les citoyens dont 2 sérieusement touchés. L’un d’eux, A. Mohamed, 39 ans, père de trois enfants a été amputé d’une jambe dès son admission à l’unité des urgences (UMC) de Boumerdès, mais ses jours ne sont pas en danger, selon des sources hospitalières. Un autre, le jeune B. Mohamed, âgé de 17 ans, qui se trouvait sur les lieux de l’explosion a été transféré à l’hôpital Mustapha dans un état jugé sérieux. Quant au jeune B. Amir, âgé de 16 ans, blessé légèrement, il a été transporté à l’hôpital de Thénia pour des examens plus approfondis, mais son état n’inspire aucune inquiétude. L’attentat s’est produit aux environs de 12h30 en plein centre-ville de Zemmouri juste en face de l’ex-centre culturel qui fait office actuellement de siège de l’APC. L’engin explosif dissimulé dans un sac a été déposé devant un magasin de téléphones portables situé devant l’école Sahel-Mohamed-Seghir.
Selon des témoins oculaires, la bombe a littéralement soufflé le petit magasin où se trouvait A. Mohamed, le propriétaire qui serait le principal visé par la bombe, dit-on. Celle-ci reliée à un téléphone portable a fait un trou dans le mur de l’école et endommagé une camionnette de marque Toyota. Cet attentat, qui ne pourrait être que le fait de l’“émir” Khelifi Youcef dit Talha, intervient au lendemain de la condamnation à mort par contumace de plus de 40 terroristes originaires de la région de Zemmouri et qui font partie de la seriat de Ouled Ali, dirigée justement par cet “émir”.
Liberté du 14/06/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Jeu 14 Juin - 4:16


Grâce à la vigilance des services de sécurité
7 attentats à la bombe déjoués

Le GSPC, affilié à al-Qaïda au pays du Maghreb, ne cesse de subir des échecs, notamment dans l’Est algérien. La nébuleuse terroriste, qui subit de jour en jour une véritable saignée dans ses rangs, est en train de voir sa stratégie, qui consiste à faire des carnages en recourant aux attentats à la bombe, partir en fumée.
En moins de 15 jours, soit depuis la fin du mois de mai, pas moins de 7 bombes ont été désamorcées, une autre a explosé, dans plusieurs wilayas de l’intérieur du pays. Ainsi, pour comprendre le “jusqu’au-boutisme” de la nébuleuse, il nous faut disséquer l’organisation subversive dans les zones 6 et 7 du GSPC. Ces deux zones comprennent la région de Annaba-Skikda-Jijel, en plus de Theniet El-Abed, située entre Batna et Tébessa, soit là où est concentré l’essentiel du GSPC à l’est du pays.
En effet, cette effervescence qui s’empare, depuis plus d’un mois, de la scène sécuritaire est, selon nos sources, le résultat de conjonctures bien précises. Elle est intervenue au moment où l’étau se resserre sur les maquis des wilayas du Centre, notamment la zone 2, qui regroupe Tizi Ouzou, Bouira et Boumerdès, vers laquelle un important lot d’armement sophistiqué devait être acheminé le 14 mai dernier, depuis les maquis de la région de Tébessa. L’opération a, rappelons-le, été avortée et 11 terroristes ont été abattus.
L’opération d’acheminement d’armes nous renseigne à plus d’un titre que l’ossature d’al-Qaïda au pays du Maghreb repose, essentiellement, sur l’est du pays.
Par ailleurs, l’éventuelle entrée en trêve de Amar Laouar, alias Mokhtar Belmokhtar, “émir” de la zone 9 est un facteur à ne pas négliger, selon nos sources. Ce dernier, considéré comme une carte maîtresse de l’Internationale terroriste, pourrait, en effet, constituer le maillon faible de la chaîne d’al-Qaïda au pays du Maghreb. Enfin, la vigilance des citoyens, seule parade face à ce qu’on qualifierait de tentative désespérée de semer la peur, est devenue un élément-clé de l’équation. En effet, les citoyens, en fournissant des informations aux services de sécurité, participent activement dans la lutte antiterroriste.
Le ton a été donné le lendemain du double attentat qui a ciblé, le 16 mai dernier, une patrouille des services de sécurité à la cité Daksi, à Constantine, où une bombe artisanale, découverte par un habitant de la commune de Ibn-Ziad (ex-Roufac), a été désamorcée.
Au début du mois de juin, pas moins de 4 bombes artisanales ont été désamorcées par les services de sécurité en moins de 48 heures. Selon des sources sûres, toutes étaient programmées pour faire un carnage, d’autant plus qu’elles ont été découvertes au niveau du centre-ville, dans des quartiers très fréquentés par la population. Une semaine après, soit le 3 juin, une autre bombe a été désamorcée par les services de sécurité. Cette dernière a été découverte près d’un point d’eau au lieu-dit Djenane Medjreb, près de l’oued Zeggar sur la RN13 reliant Aïn Kechra (Skikda) à El-Milia, dans la wilaya de Jijel. Mardi dernier, ce sont deux bombes qui ont été simultanément découvertes.
En effet, c’est dans la localité de Debila, située au sud de Zemoura, à 40 km du chef-lieu de Biskra, qu’un citoyen a découvert un engin déposé devant son domicile, situé dans un quartier populaire. Il s’agissait de deux bouteilles de gaz butane reliées à un réveil qui faisait office de minuterie.
Le même jour, une autre bombe artisanale a explosé dans la localité de Taga, dans la commune de El-Houidjbette, à Tébessa. Elle a coûté la vie à un berger.
Ainsi, des 8 bombes utilisées par les terroristes durant cette période, 7 ont été désamorcées et une seule a explosé, faisant un mort. Autrement dit, on est loin de l’effet recherché par l’Internationale islamiste en Algérie.
Liberté du 14/06/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par nassim le Jeu 14 Juin - 19:10

si on coupe le soutien étranger à ces lâches, ils sont définitivement vaincus

nassim

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Dim 17 Juin - 23:46

Des terroristes forcent un barrage
Un militaire tué, un autre blessé à Aït Aggouacha

Un groupe terroriste, dont le nombre demeure indéterminé, a attaqué dans l’après-midi de samedi un barrage militaire à Ath Aggoucha, entre Aïn El Hammam et Larbaâ Nath Irathen, faisant un mort et un blessé parmi les militaires.
Selon les informations en notre possession, cette attaque a été perpétrée en usant du même procédé que celle qui a ciblé, il y a quelques jours, un barrage de la Garde communale près de Aïn El Hammam : les terroristes ont pris possession d’un fourgon de type “Renault Trafic”, qu’ils ont subtilisé à un transporteur de voyageurs quelques heures auparavant et ont foncé tout droit vers les soldats en faction. Profitant de l’effet de surprise, les terroristes ont littéralement mitraillé les militaires postés au barrage. Nos sources n’ont toutefois par indiqué si les victimes étaient touchées par balles ou comme le privilégie certains, fauchées par la folle course du fourgon.
Ce qui est sûr, par contre, c’est que la riposte des militaires était si rapide et si énergique que les assaillants, pris en filature, ont dû abandonner leur véhicule pour pouvoir se faufiler dans la nature.
Il est à signaler que les monts entourant la région de Aïn El Hammam sont depuis quelques jours le théâtre d’importantes opérations militaires. Des contingents entiers de soldats prennent part à cette opération dont le bilan n’est toujours pas communiqué.
DDK du 18/06/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Sam 23 Juin - 23:36

Axe Naciria - Bordj Menaïel
L’escorte de l’ambassadeur du Mali attaquée

Regain de violence islamiste à l’est de Boumerdès. Alors qu’elle escortait l’ambassadeur du Mali, une patrouille des forces combinées de sécurité a été ce jeudi en milieu de journée, à mi-chemin entre Naciria et Bordj Menaiel la cible d’une attaque terroriste à l’explosif qui a fait un blessé dans ses rangs. A noter que ce n’était pas l’ambassadeur qui était personnellement visé.
Une explosion de forte intensité a été entendue avant- hier vers 11h30 , dans la contrée précitée. Composée de gendarmes et de policiers, une patrouille des forces de sécurité a été surprise à ce moment précis, au lieu dit Chender, par le souffle d’une bombe artisanale actionnée à distance par des éléments de la nébuleuse terroriste locale. Le conducteur d’un véhicule de la BMPJ a été légèrement blessé par les éclats de la bombe meurtrière Ses jours seront hors de danger a- t-on assuré. Le convoi a échappé de justesse à cette attaque terroriste. D’autant que l’intervention des renforts a permis de désamorcer deux autre bombes, juste après aux abord de ce tronçon de la RN12 reliant Alger à Tizi-Ouzou.
Cette énième coup d'éclat est attribué, selon des informations recoupées, à une faction locale de la phalange sanguinaire d’ El Ansar. Un émir Zoual de cette organisation terroriste d’obédience salafiste, Hamid Saâdaoui, alias Yahia Abou El Haythem, ex- bras droit de Hassan Hattab, a été condamné lundi dernier , pour rappel à la peine capitale par contumace par la cour pénale de Boumerdès. Inscrivant leur subversion dans la durée , les éléments de l’ex- GSPC devenu El Qaida Maghreb, selon des informations recoupées ont planifié encore , avant- hier, cet acte ignoble ,pour tenter de desserrer la pression qui s’exerce sur leurs nombreux acolytes dans les zones sensibles, de Kabylie . Nos sources laissent entendre qu’au moins cinq terroristes aurait été déchiquetés la semaine passée à Sidi Ali Bounab suite au pilonnage de l’artillerie classique
DDK du 23/0607

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Lun 25 Juin - 2:05

3 terroristes ont été abattus lors d’une opération de l’ANP
Le groupe du GSPC de Khemis El-Khechna anéanti

Trois terroristes ont été abattus, deux fusils Seminov, une Kalachnikov, un PA, trois chargeurs et deux téléphones portables ont été récupérés, tel est le bilan de l’opération de ratissage déclenchée par les services de sécurité, dans la région située à la limite de Meftah et Khemis El-Khechna, 20 km au sud d’Alger.
Selon des sources sécuritaires, deux casemates ont été également détruites, des effets vestimentaires et produits alimentaires et matériels de soins ont été saisis à l’issue de cette opération qui a été supervisée par de hauts responsables de l’ANP. Selon les mêmes sources, les cadavres des trois terroristes abattus dans la localité de Harour, située à mi-chemin entre Meftah et Khemis El-Khechna, ont été acheminés vers l’hôpital de Rouiba où jusqu’à hier soir, ils étaient toujours en cours d’identification. Les trois terroristes faisaient partie de katibat Abou Bakr Seddik dirigée par un certain Kitab Moussa dit Abou Hanifa, originaire de la commune de Larbatache. Le champ d’action de cette katibat s’étend de Khemis El-Khechna à Dar El-Beïda, en passant par Meftah. Cette phalange, qui se trouvait en veilleuse, a été réanimée ces derniers mois par Abdelmalek Droudkel pour tenter une percée vers Alger. Composée d’une dizaine d’éléments, cette katibat avait pris part à l’organisation des derniers attentats ayant ébranlé la capitale en avril dernier. Sa localisation a été rendue possible grâce à la contribution des citoyens de la région. Ce qui a permis à l’ANP, appuyée par la BMPJ et les gardes communaux, de déclencher une vaste opération de ratissage qui va durer plus de trois jours.
D’importants moyens humains et matériels ont été mobilisés, notamment le 15e bataillon de l’ANP venu d’Alger appuyé par des unités d’élite de la gendarmerie et de la police ainsi que par des Patriotes de la région. Alors que des hélicoptères sont entrés en action, d’autres éléments de l’ANP se sont déployés dans les villes de Meftah, Khemis El-Khechna et Larbatache où ils ont mis en place un maillage hermétique dans le but d’empêcher la fuite éventuelle de terroristes.
Des localités comme El-Djebabra ou El-Djamaia ou Douar Ziane, d’où est originaire le chef de l’ex-GSPC Abdelmalek Droudkel, et qui sont considérées comme des passages et des caches par les terroristes du GIA puis de l’ex-GSPC, ont été passées au peigne. Longtemps considérée comme fief de groupes terroristes, la région de Meftah a été “nettoyée” par les services de sécurité au point où les groupes terroristes activant dans la région, notamment katibat Abou Bakr Seddik, se rabattent sur les effectifs des autres katibate pour organiser leurs attentats.
Mais les tentatives de Droudkel de mettre en place une katibat opérationnelle, dont les tentacules atteindraient Alger, ont été toutes avortées et vouées à l’échec. À l’exemple de la nouvelle seriat mise en place l’année dernière par l’ex-GSPC et qui a été confiée à l’“émir” de la région, un certain Omar Abou Ghrib originaire de Baraki.
Cette seriat, qui a à son actif l’attentat avorté de la caserne de l’ANP d’El-Harrach, a été aussitôt décimée par les services de sécurité, mais ses éléments ont continué à travailler pour le compte de katibat Abou Bakr Seddik. Celle-ci active en collaboration avec les seriate établies dans le sud de la wilaya de Boumerdès comme seriat Erraâd (le tonnerre) dirigée par un certain Ferkioui Lounès, dit Cheikh Ahmed et qui active principalement dans les communes de Larbatache, Khemis El-Kechna et Hamadi. Ainsi l’ex-GSPC, qui n’arrive pas à s’implanter dans la région d’Alger, s’appuie sur ses katibate du centre et de l’est de la wilaya pour perpétrer des attentats comme ceux commis à Réghaïa, Dergana et Alger. Les procès de nombreux terroristes et certains de leurs éléments de soutien traités récemment par la cour de Boumerdès ont révélé la toile d’araignée que l’ex-GSPC a mise en place, surtout dans la wilaya de Boumerdès et de Tizi Ouzou. Selon des terroristes arrêtés et jugés lors de ces procès, la wilaya de Boumerdès a toujours été considérée par l’organisation terroriste comme une sorte de “porte” qui leur permet d’atteindre la capitale.
Mais, c’est sans compter sur les services de sécurité qui sont arrivés à déjouer de nombreux attentats comme celui perpétré jeudi dernier contre un convoi diplomatique à Naciria, dans la wilaya de Boumerdès.
Liberté du 25/06/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Mar 26 Juin - 1:25

BOUMERDES
7 terroristes éliminés

Les forces de l’ordre ont déclenché samedi dernier une grande opération de ratissage dans le maquis de Aouatet, région enclavée entre les communes de Khemis-El-Khechna et Larbaâtache à l’ouest de la wilaya de Boumerdès.
Agissant sur la base d’informations émanant de sources citoyennes faisant état de la présence d’islamistes armés du GSPC Al-Qaïda Maghreb, les forces de l’ANP, appuyées par les éléments de la BMPJ de Boumerdès, ont déclenché une opération de recherche. Dans leur progression, ils se sont heurtés à la présence de plusieurs terroristes. L’accrochage qui s’en est suivi s’est soldé par l’élimination de 7 terroristes. Selon nos informations, l’opération se poursuit toujours et le bilan pourrait s’alourdir.
Le Soir d'Algérie du 26/06/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Mer 27 Juin - 13:18

Poursuite de l’opération militaire dans les maquis de Meftah
Cinq autres terroristes éliminés

Coup sur coup, les forces de l’ANP ont éliminé avant- hier cinq autres terroristes dans les maquis de Meftah relevant de Blida, après l’opération qui s’est soldée la veille dans la même contrée par l’anéantissement de sept éléments de l’ex-GSPC.
Un deuxième groupuscule de terroristes a été en effet, méthodiquement encerclé ce lundi durant plus de cinq heures. L’artillerie sera mise à contribution pour le désorganiser. Tenus pratiquement en main , cinq éléments de ce commando de l’islamisme armé ont avoué a-t-on indiqué, épuisé leurs munitions, en tentant de gagner une crête, quatre d’entre-eux seront aussitôt abattus, Blessé, le cinquième terroriste (repéré) fut contraint de se rendre aux forces de sécurité , a-t-on encore signalé. Trois fusils d’assaut de type kalachnikov ont été récupérés selon des sources concordantes, cette offensive aura permis également de détruire, particulièrement dans les maquis de Harrour et Awatit, pas moins de cinq casemates dont l’une aurait été utilisée par la horde sanguinaire comme atelier de fabrication de bombes artisanales.
Cette partie de l’Atlas blideén englobant Djébabra, Meftah, Ouled Brahimet, d’autre hameaux de Khemis El Khechna, donnait l’air durant ces dernières années sécurisées . Mais les forces locales de sécurité qui s’y sont redeployées sur renseignements précis avaient, en fait pressenti que la dite zone est redevenue une base de replis de la soldatesque islamiste de l’ex-GSPC, écumant la banlieue est d’Alger. (Au total 12 terroristes éliminés)
En intervenant, là comme à l’accoutumée avec méthode et patience, les troupes de l’ANP ont ainsi mis hors d’état de nuire, en moins de trois jours, 12 élément de l’organisation terroriste locale d’El Qaida, leur identification est en cours, a-t-on ajouté
Les monts situés à la limite départementale de Bouira, Boumerdes et Tizi-Ouzou demeurent également sous haute surveillance.
Les hordes islamistes qui se terrent dans leurs tanières, tant à Ouled Boudoukhane qu’à Beggass ou Lalla Moussaâd ne pourront survivre tôt au tard à cette forte pression militaire.
La puissance de feu des forces de l’ANP est concentrée nuit et jour, depuis vendredi dernier, sur de nombreux endroits suspects. Des embuscades seront éventuellement montées contre les sanguinaires qui tenteront de se déplacer vers un quelconque douar à la recherche d’une croûte .C’est pratiquement la phase d’usure, a-t-on commenté.
DDK du 27/06/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Mer 27 Juin - 13:19

Lakhdaria
Un dangereux terroriste activement recherché

Une vaste opération de recherche est enclenchée depuis quelques jours par les différents corps de services de sécurité dans les maquis de Lakhdaria à Beggas Aomar, apprend-t-on de source sûre. Cette opération d’envergure vise à mettre un terme au projet d’un dangereux terroriste qui activait au sein d’El Qaïda en Irak et qui étai spécialisé dans les opérations de la guérilla urbaine et la formation de Kamikaz.
Ce dernier qui répond aux initiales A. R. originaire de Lakhdaria aurait directement rejoint la phalange El Farouk drainée par l’émir Droudkel et qui écume les maquis de Lakhadaria. C’est lors d’un appel téléphonique donner à son frère intercepté par les services de sécurité que ces derniers l’ont identifié. Selon toujours les mêmes sources A. R. avait comme projet de prendre en charge la circonscription de Bouira pour former de nouveau kamikaz... d’ailleurs quatre jeunes âgés tous de moins de 18 ans auraient été recrutés par ce nouveau sanguinaire qui comme ses acolytes se trompe d’ennemi et de pays. Les recherches se concentrent dans les profondeurs des forêts et maquis de la région en quête de terrains d’entraînements susceptible d’être utilisés par ce dernier.
DDK du 27/06/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Ven 6 Juil - 23:58

Attentat contre le wali de Tizi Ouzou
Le film des événements

Prévu à 7 h, le cortège s’ébranle à partir du siège de la wilaya dès 7h25. Direction le carré des martyrs de M’douha pour s’y recueillir, ensuite le cortège, a pris la direction d’une destination inconnue.
L’on s’attendait à se rendre à Ouaguenoun, mais l’on a pris un autre chemin. Tout au long du chemin, l’on ne cessait de se poser des questions sur le lieu de notre destination. Nous avons pensé au dépôt d’une gerbe de fleurs pour la stèle d’Abane Ramdane ou l’inauguration du musée dédié à cet héros de la Révolution.
Le cortège en trombe, franchit la ville de Larbaâ Nath Irathen sans s’y arrêter. Le cortège franchit de nouveau la ville de Aïn El Hammam sans s’arrêter. Nous avons pris la route de l’Est menant vers Aït Yahia. Le cortège est formé d’une trentaine de voitures. A 8h 45 exactement, une déflagration assourdissante s’est produite. Toutes les voitures s’immobilisent brusquement. Sous l’effet de la surprise et dans le désordre régnant, l’on cherchait à comprendre de quoi il s’agit : “C’est une bombe, c’est une bombe !”, s’écrit Mokrane, le chargé de communication du wali. Nous ne savions plus quoi faire devant cette mauvaise surprise. On quitte vite les voitures, les uns pour se réfugier, d’autres pour connaître ce qui s’etait passé. La voiture du wali se trouvait en tête du cortège et nous à la queue du cortège Entre nous, nous devrons franchir une distance d’une soixantaine de mètres environs, formé par une multitude de virages. La ville de Aïn El Hammam est à environ 400 m derrière nous. Un épais nuage de fumée et de poussière montait au ciel. “C’est une attaque terroriste !”. S’écriait-on. On commencait bien à comprendre qu’il s’agissait d’un attentat terroriste. Il fallait surtout faire preuve de sang-froid et être vigilant, car on craignait d’autres explosions et d’autre tirs d’armes, à feu. Puis ce fut le silence total On ne savait plus quoi faire. L’on n’entendait que les craquements de kalachnikov des manœuvres des services de sécurité qui nous accompagnaient. Sur la route, il y avait quelques habitations éparses autour du village L’inquiétude sur ce qui se passe autour de nous s’agrandit de plus en plus. Dans le désordre, nous aperçevons une vieille et un adolescent l’air affolé et qui marchaient à un rythme pressé. Ils viennent vers nous. “Qu’est-ce qu’il y a ?”, leur a demandé Mokrane. “C’est une bombe qui a explosé au passage de la Touareg noire !”. L’adolescent, qui a répondu, faisait allusion au 4x4 de couleur noire où se trouvait El Hocine Mazouz. “C’est le wali, c’est sûr qu’il s’agit de lui !”, interprétait avec affolement le jeune Mokrane. Puis, une idée pour vérifier. Il prend le téléphone et appelle la garde rapprochée du wali. Le téléphone indiqué que l’appareil du correspondant est éteint. Chacun de nous levait un regard désespéré vers l’autre. Chacun de nous pensait que tous les gens qui se trouvaient dans le véhicule du wali ont été décimés. Les visages deviennent pâles et abattus. Les premiers renforts arriverent, ce sont des blindés de la Gendarmerie nationale.
Nous décidons de nous approcher pour connaître de près la réalité. A mi-chemin, nous apercevons la voiture de la DEF de Tizi Ouzou. Nous lui avons fait signe de s’arrêter. “Salamat ! Salamat ! Tout le monde est sain et sauf. Il n’y a qu’un policier légèrement blessé”. Les paroles rassurantes de la directrice nous ont délivré d’une terrible angoisse. Tout au long de la chaussé, les services de sécurité braquaient leurs armes prêts à tirer sur tout ce qui bougeait. Nous continuons notre marche, la peur toujours au ventre, vers le lieu de l’attentat. Nous découvrant le lieu de l’emplacement de la bombe. Elle a été dissimulée dans une végétation d’un virage difficile à négocier. La chaussée en cet endroit est pleine de poussière et de terre, emportées par le souffle de la bombe. Le wali ainsi que d’autres personnalités ont été mis à l’abri dans la demeure d’un particulier, se trouvant à une quarantaine de mètres de l’explosion.

Le pare-brise de la voiture de police a été endommagé, la voiture est couverte par un tas de gravats et de poussière. Les corps de deux policiers sont aussi couverts de poussière qui nous rappellent les images de l’attentat du 11 septembre 2001 aux USA.
La voiture du wali a échappé de justesse et on aurait pu aussi la confondre avec la voiture de service de la DTP.
Après une immobilisation de plusieurs dizaines de minutes, soit à 10h30 exactement, l’on a décidé de faire demi-tour vers Tizi Ouzou. Après avoir repris notre souffle au siège de la wilaya, et le blessé par mesure de précaution évacué à l’hôpital, l’on a décidé de poursuivre la mission du jour. A 11h05, le cortège quitte de nouveau le siège de la wilaya, pour une longue tournée à travers Ouaguenoun et Makouda.
Un accueil de fête et de liesse populaire leur a été réservé. Dans une belle ambiance, des chants d’enfants innocents, des youyous des vieilles, de la musique, des tambourins et des applaudissements qui nous ont fait oublier, pour un temps, le terrible scénario de l’attentat vécu.
DDK du 07/07/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Jeu 12 Juil - 11:36

Attentat suicide à Lakhdaria
10 morts et plus d’une vingtaine de blessés

L’ex-GSPC rebaptisé El Qaida Maghreb depuis quelques mois a laissé hier encore la trace de ses phalanges sanglantes au nord-ouest de Bouira.
Un attentat suicide a visé, ce mercredi matin une caserne de l’ANP à la sortie est de Lakhdaria, précisément au lieu-dit Madinat El Hayet.
Cette attaque suicide à l’explosif a fait, selon nos sources 10 mort et plus d’une vingtaine de blessés dont deux gravement, dans les rangs des militaires.
Ce 11 juillet, donc trois mois jour pour jour après l’attentat suicide ayant ciblé le Palais du Gouvernement avec un bilan effroyable de 33 morts et des dizaines de blessés, le terrorisme islamiste a choisi un cantonnement de l’armée dont des nombreuses troupes avait participé, ll y a moins de deux semaines, à l’opération de ratissage des maquis voisins de Deggass et Lalla Moussaad
La forte déflagration qui sera suive d’un gigantesque incendie s’est produite aux environs de 7h, alors que les soldats de l’ANP étaient rassemblés pour la levée de l’emblème national.
Conduisant un camion frigorifique bourré de TNT, selon nos informations, un jeune homme ( non identifié), qui n’avait point éveillé les soupçon de la sentinelle, a foncé tout droit vers le lieu du rassemblement des militaires.
En explosant ce camion semi-remorque piégé a projeté en l’air des dizaines de soldats. spectacle effroyable : corps éventrés, jambes arrachées. On a dénombré à cet instant précis, 8 morts et 25 blessés. Deux autres blessés auraient succombé, peu après, a-t-on signalé, sur leur lit d’hôpital.
De nombreux blessés dont l’état est jugé grave seront évacués d'urgence vers une structure sanitaire spécialisée à Alger. L’explosion a balayé trois chalets dont le principal poste du cantonnement
En milieu d’après-midi, la situation demeurait extrêmement tendue sur l’axe Lakhdaria-Kadiria, un tronçon de route de 10 kilomètres. La circulation est barrée à 2 km du lieu du drame.
Les correspondants de presse et autres automobilistes sont priés de faire demi-tour. Dans la matinée on n’entendait que le ululement des sirènes de la police ou des ambulances du secteur sanitaire de la circonscription.
L’évacuation des victimes a duré, dit-on, plus d’une heure. Et à intervalles réguliers des convois faisaient sur le tronçon des va-et-vient. Grues et pelleteuses sont acheminées pour débloquer l’enceinte du cantonnement ciblé.
Ce fut un climat de guerre dans cette contrée. Les vitres de nombreuses habitations voisines de Madinet El Hayet et Zbarboura, ont volé en éclats.
Les riverains ont cru en entendant, les fortes détonations que l’explosion s’était produite à l'intérieur de l’usine avoisinante de l’ex-SNIC, spécialisée dans la fabrication de produits chimiques. Sous la canicule, la police scientifique ramassait encore en début d’après-midi, les pièces du véhicule piégé et d’autres objets, pouvant servir dans l’accomplissement de son enquête.
Mais l’on est persuadé que la planification de cet attentat spectaculaire aura nécessité plusieurs jours, peut-être plusieurs semaines, avec utilisation des relais épiant, le moindre geste des forces de sécurité.
Un ex-Patriote, outré par la gravité de la situation, nous a confié que la région pullule encore de terroristes, 96 à Kadiria, 30 à Aomar et une vingtaine à Djebahia, sans compter ceux de Lakhdaria et d’autres communes de Bouira. La paix ne peut être réalisée désormais , qu’au bout du fusil. Fini la politique du pardon.
DDK du 12/07/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Jeu 12 Juil - 11:40

Tigzirt : Deux gendarmes blessés dans l’explosion de bombes
Deux bombes ont explosé, hier aux environs de 15 h, à l’intersection se trouvant à la sortie Ouest de la ville de Tigzirt, un lieu, où traditionnement les éléments de la Gendarmerie nationale dressaient un barrage de contrôle.
La première bombe a explosé aux environs de 15h10 au dessus de la RN 24. Elle a fait un blessé léger parmi les gendarmes. Une deuxième a explosé près de 20 minutes après au-dessus de la route et a provoqué des blessures à autre gendarme.
Les blessés ont été évacués vers l’hôpital de Tigzirt.
Le gendarme blessé par la seconde bombe a été évacué vers le CHU de Tizi-Ouzou après que son cas ait été jugé inquiétant. L’attentat est certainement l’œuvre de l’ex-GSPC qui use de bombes, actionnées à distance. D’ailleurs durant les moments qui ont précédé cet attentat, le champ des différents réseaux de téléphonie mobile a été coupé par mesure de sécurité, à travers toute la région.
DDK du 12/07/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Sam 14 Juil - 11:23

Après l’attentat-suicide contre le poste militaire de Lakhdaria
Les familles des kamikazes soumises au test ADN

L’opération de ratissage suit son cours, alors que les équipes de la Police scientifique se sont déplacées sur les lieux pour des tests ADN y compris sur les familles dont sont issus les kamikazes, ainsi que les autres nouvelles recrues du GSPC dans la région.
Au lendemain de l’attentat perpétré contre le campement militaire situé à la sortie est de la ville de Lakhdaria, une équipe de la Police scientifique s’est déplacée sur les lieux pour procéder aux analyses de l’ADN des victimes et du kamikaze. Selon nos sources, les services de sécurité ont procédé aux prélèvements auprès des familles des quatre terroristes dernièrement recrutés par l’ex-GSPC et habitant au quartier d’El-Kouire dans la ville de Lakhdaria. Les familles des quatre jeunes ayant rejoint les groupes terroristes, ont été, à cet effet, interrogées et des enquêtes ont été enclenchées à leur sujet en plus des prélèvements ADN.
Sur les circonstances exactes de l’opération terroriste, des sources affirment que le groupe armé a procédé, la veille de l’attentat, au vol du camion qui avait l’habitude d’approvisionner le campement militaire en produits alimentaires.
Le livreur, originaire de la ville de Boudouaou dans la wilaya de Boumerdès, a été enlevé puis ligoté par les terroristes qui ont pris le camion afin de perpétrer l’attentat. Aucune autre indication n’a été, cependant, donnée sur les circonstances exactes de ce vol ni de l’endroit où il a été commis. Ce qui est certain, c’est que les terroristes ont chargé le véhicule de 80 kg d’explosifs dont la nature n’a pas encore été précisée.
Selon les informations recueillies jeudi matin sur les lieux, le camion a défoncé le portail principal et voulait rentrer jusqu’à l’intérieur du poste militaire. Les sentinelles ont tiré sur le camion-suicide en vain. Le terroriste kamikaze actionne la charge explosive après que le véhicule eut percuté une balise qui l’empêche d’aller plus loin. Le bilan est très lourd. Plus de 10 morts et quelque 35 blessés dont plusieurs sont dans un état grave. On parle même de certains qui ont rendu l’âme le lendemain. Sur un rayon de 5 km, des vitres ont été soufflées. Selon nos sources, cet attentat était prévisible et les services de sécurité avaient été alertés. Hier, les routes menant vers le campement militaire étaient toujours fermées à la circulation. Des barrages sont installés. Des gendarmes sont appuyés par les militaires et des éléments de la BMPJ. Le chef d’état-major de l’ANP, Gaïd Salah, se serait rendu jeudi dernier au niveau du poste militaire. Aux environs de 14h30, des hélicoptères survolaient la ville de Lakhdaria et le dispositif sécuritaire est renforcé. Une opération de ratissage, déclenchée le jour même de l’attaque, se poursuit toujours.
Hier, la tension restait vive à Lakhdaria où des véhicules de la police sillonnaient les artères de la ville. Des citoyens interrogés ont refusé de commenter l’horrible attentat, mais ont exprimé leur inquiétude quant au retour du terrorisme islamiste dans une région toujours considérée comme le fief du GSPC. Certains n’hésitent à évoquer le relâchement des services de sécurité face au terrorisme, alors que d’autres pointent du doigt la grande mosquée qui est devenue à leurs yeux le lieu de recrutement et d’endoctrinement des islamistes à Lakhdaria. “Les recruteurs sont au nombre de trois”, précisent nos sources qui soulignent qu’ils étaient des ex-militants du FIS dissous et certains ont même fait la prison avant de rejoindre le maquis puis séjourné en Irak. Leur retour aura donc été fatal puisqu’ils ont réussi à recruter quatre jeunes habitant le quartier populaire d’El-Kouire dont sont issus ces recruteurs d’al-Qaïda. Ils ciblent les jeunes issus des familles démunies telles que celle du kamikaze dont le père est handicapé mental.
Liberté du 14/07/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Sam 14 Juil - 23:22

L’attaque terroriste s’est soldée par l’élimination de quatre terroristes
Violent accrochage à Yakourène

Quatre terroristes abattus et un militaire blessé, lors d’un accrochage qui a duré près de quatre heures au centre-ville de Yakourène. L’attaque contre la brigade de gendarmerie et le campement militaire, a été exécutée par pas moins de 150 terroristes. Les villageois ont vécu une nuit apocalyptique.
Une spectaculaire attaque terroriste, contre la brigade de gendarmerie de Yakourène, sise au chef-lieu de la commune et le campement militaire installé dans l’enceinte du lycée a été déjouée par les militaires. Le groupe terroriste était composé de quelque 150 éléments lourdement armés, rapportent des sources concordantes.
L’accrochage qui s’en est suivi durant près de quatre heures de temps, s’est soldé par l’élimination de quatre terroristes, dont un serait l’émir du groupe. Côté services de sécurité, on dénombre un soldat blessé.
La population locale, encore sous le choc, a vécu une nuit cauchemardesque, sous le bruit assourdissant des bombes, des crépitements de balles et des tirs d’armes de guerre. Tout a commencé aux environs de 23h30, lorsque le calme de la nuit a été brusquement interrompu par des crépitements de balles. Les villageois étaient loin de se douter qu’il s’agissait d’une attaque terroriste d’une grande ampleur contre la brigade de gendarmerie et le campement militaire, installés en plein centre-ville. Le bruit des tirs de kalachnikovs sera vite mêlé aux bruits des explosions de bombes –trois selon des sources locales-, et des tirs du RPG7.
A en croire nos sources, les terroristes se sont scindés en trois petits groupes et ont tenté d’attaquer simultanément le barrage fixe des forces combinées composées de militaires, de gendarmes et d’éléments de la Police communale, installé à l’entrée ouest de la ville. Le siège de la Gendarmerie nationale situé au centre-ville et le campement militaire qui a élu domicile au lycée, dès les premiers jours des vacances scolaires. Certains éléments armés ont même fait irruption dans les quelques magasins restés ouverts à cette heure avancée de la nuit, d’où ils ont tenté de constituer un bouclier humain contre l’assaut des militaires, rapporte-t-on encore.
Ayant flairé l’attaque, les gendarmes ont organisé une contre-embuscade et ont repoussé les terroristes. S’en est suivi une contre-attaque des éléments de l’ANP qui étaient également assaillis dans leur campement.
Lors de cette opération, trois bombes enfouies sous la chaussée qui mène vers le lycée, ont été actionnées par les terroristes, pour causer le maximum de morts parmi les militaires en intervention. Les engins explosifs n’ont fait aucune victime. Par contre, leur souffle a provoqué des dégâts aux maisons environnantes. Des vitres et des toitures ont volé en éclat. Le siège de la Gendarmerie nationale a eu un mur partiellement défoncé par des tirs de roquettes RPG7 que les terroristes ont utilisé au début de l’opération.
Moins de trente minutes après l’enclenchement de l’attaque, Yakourène a été encerclée par un renfort de militaires, venus, essentiellement, du campement d’Alma, appuyé par des hélicoptères de combat qui ont pilonné le massif boisé. Quatre heures de scènes de guerre se sont soldées par l’élimination de quatre terroristes dont l’un serait l’émir du groupe. Un militaire a été également blessé au cours de l’opération, mais on ignore le degré de ses blessures. Quatre kalachnikovs ainsi que le lance-roquette ont été récupérés par les militaires.
Hier, la population s’est réveillée sous le bruit du pilonnage qui ne s’est pas estompé durant toute la nuit et qui s’est poursuivi durant toute la journée d’hier. Les militaires ont poursuivit leur opération jusqu’aux derniers retranchements des terroristes qui se sont repliés en direction de la forêt et des reliefs très difficiles d’accès.
Les citoyens ont eu également à découvrir les dégâts matériels, causés par l’usage intensif des armes de guerre. L’on parle de dommages très importants qu’a subi également l’école primaire.
Dans l’après-midi d’hier, certaines sources parlaient de l’encerclement de la cité EPLF où serait retranchés un ou plusieurs terroristes. A l’heure où nous mettons sous presse, la situation n’a pas connue son épilogue. Le groupe, auteur de cette attaque, serait localisé par les forces de l’ANP, sur le flanc Est de la forêt. En témoignent d’ailleurs les incessants va-et-vient des hélicoptères sur la région, durant toute la journée d’hier, brisant le silence du ciel des localités avoisinantes.
DDK du 15/07/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Sam 14 Juil - 23:34

Il a revendiqué l’attentat suicide de Lakhdaria
L’ex-GSPC promet d’autres attaques kamikazes

Dans un communiqué publié sur Internet, Al Qaïda-Maghreb nouvelle appellation d’ex-GSPC à la suite de son allégeance à l’organisation de Ben Laden, revendiquant l’attentat contre la caserne militaire à Lakhdaria, a affirmé que le camion piégé " contenait plus d’une tonne d’explosifs ". Ce qui n’est cependant pas confirmé par les autorités, dans la mesure où, selon un confrère de la presse arabophone, la charge réelle du véhicule n’est pas encore établie.
Par ailleurs, l’organisation terroriste a révélé l’identité du kamikaze un dénommé Soheïb Abou Malih qui aurait rejoint l’organisation de Droukdel, récemment.
L’ex-GSPC suggère en outre qu’il prépare d’autres opérations suicides avant de s’en prendre dans son communiqué aux Présidents Bush et Sarkozy qu’il accuse d’aider l’Algérie dans sa lutte contre le terrorisme.
Il semble selon des observateurs au fait de la situation sécuritaire, que les autorités nourrissent de réelles craintes quant à d’autres éventuels attentats kamikazes comme elles s’y attendaient au lendemain de ceux du 11 avril dernier contre le Palais du Gouvernement et d’une brigade de police dans la localité de Bab Ezzouar.
Ces craintes sont d’autant plus fondées que ce type d’opérations kamikazes sont extrêmement difficiles à prévoir surtout qu’elles constituent un fait nouveau et inédit en Algérie en dépit de plus de dix années de lutte antiterroriste.
Par ailleurs, la menace que fait peser Al Qaïda-Maghreb sur la région maghrébine est très sérieusement appréhendée par les USA qui considèrent cette organisation parmi les filières les plus dangereuses d’Al Qaïda de Ben Laden avec celles activant aux Philippines et en Somalie. Le caractère éminemment transnational de cette organisation, autant que l’importance de ses capacités de nuisance, ont été confirmés lors des derniers attentats contre le Maroc confronté à des menaces similaires à celles qui planent sur notre pays. D’où la réaction de solidarité et l’offre d’une lutte commune contre le terrorisme faite par le Roi Mohamed VI à Bouteflika dans un message de condoléances qu’il lui a adressé ce vendredi, après l’attentat meurtrier de Lakhdaria. Le roi du Maroc a ainsi fait part de son souhait d’une "lutte commune contre le terrorisme " qu’il a par ailleurs qualifié de " danger numéro 1 qui menace la stabilité du Maghreb".
DDK du 15/07/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Jeu 19 Juil - 11:24

Opération de l’anp contre le QG du gspc à yakourène
60 terroristes dont le fils Benhadj encerclés

Nos sources font également état de la récupération, au cours de cette opération, d’un micro-ordinateur portable contenant une liste de terroristes du GSPC affiliés à al-Qaïda.
Des sources généralement bien informées nous ont révélé, hier, que Abdel Qahar Benhadj, le fils de l’ex-n°2 du FIS dissous, Ali Benhadj, figurerait parmi un groupe terroristes composé d’une soixantaine d’éléments encerclés par les forces de l’ANP dans le massif forestier de Yakourène où une vaste opération de ratissage a été déclenchée depuis samedi dernier, soit juste après l’attentat avorté contre la brigade la gendarmerie de cette même localité. Il est à rappeler que Abdel Qahar, âgé de 18 ans, a mystérieusement disparu le 7 octobre 2006, alors qu’il devait se rendre à une des mosquées d’Alger et aucune nouvelle n’est venue, à l’époque, élucider le mystère de cette disparition. Une vive polémique s’en est suivie, mais les services de sécurité ont vite écarté la thèse de l’enlèvement. Chose qui a fini par être établie puisque, peu à peu, le voile se levait et l’information, selon laquelle le fils du chef islamiste a emprunté le chemin du maquis, a fini par se confirmer. Une thèse corroborée par une vidéo mise sur Internet et montrant le fils de Ali Benhadj au maquis. Depuis, la polémique sur la disparition de Abdel Qahar, âgé à présent de 19 ans, s’est estompée avant que des titres de la presse nationale ne le remettent encore une fois sous les projecteurs de l’actualité en faisant état de sa présence parmi un groupe terroriste activant dans les maquis de Boumerdès. Aujourd’hui encore, voilà donc que de nouvelles informations font état de sa présence parmi un groupe activant dans la wilaya de Tizi Ouzou et qui se trouve actuellement encerclé dans le massif forestier de Yakourène où l’opération de l’ANP s’étend sur un vaste périmètre, allant de la petite ville de Yakourène jusqu’à Idjeur, Ifigha et Bouzeguène. Des régions vers lesquelles de nouveaux renforts militaires, dont des unités d’élites équipées de matériel de vision nocturne et autres équipements sophistiqués, ne cessent d’affluer depuis samedi dernier au petit matin pendant que les troupes, qui sont déjà sur place, poursuivent les opérations et les hélicoptères de combat de pilonner tout ce massif forestier pour détecter et détruire les caches pouvant abriter les acolytes de Abdelmalek Droukdel, qui infestent cette région inaccessible.
Nos sources font également état de la récupération, au cours de cette opération, d’un micro-ordinateur portable contenant une liste de terroristes du GSPC affiliés à al-Qaïda. Une information qui laisse, certes, comprendre que c’est un des quartiers généraux des groupes armés qui vient d’être attaqué par l’armée, mais qui tranche au même moment avec les déclarations officielles réduisant le terrorisme à quelques poches sans force de frappe importante. Avant cela, l’attaque de samedi dernier contre la brigade de gendarmerie de Yakourène, bien qu’avortée, a démontré, à travers le nombre de terroristes, plus d’une soixantaine, selon des sources locales, que le terrorisme n’est pas anéanti au point où on le croit. Le déplacement du général-major de la gendarmerie, Ahmed Bousteïla dans la région, deux jours après l’attentat, exprime toute l’inquiétude, mais aussi la prise au sérieux par les hautes autorités du pays de cette recrudescence du terrorisme en Kabylie.
Liberté du 19/07/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Ven 20 Juil - 23:16

Vaste opération de ratissage par les forces combinées à Yakouren
Huit terroristes abattus

La détermination des forces de l’ANP, appuyées par les éléments de la Gendarmerie nationale et des gardes communaux, laisse à penser que les poches terroristes restants sont en phase finale de leur activité criminelle.
Plus de 60 terroristes affiliés à El Qaïda Maghreb sont depuis une semaine encerclés dans la forêt de Yakouren tirant jusqu’à Lakfadou frontière limite entre les wilayas de Tizi Ouzou et Béjaïa. Ce couloir, selon certaines sources sécuritaires est devenu un espace de repli et de cantonnement des terroristes islamistes qui prêtent allégeance depuis quelques mois aux consignes de Ben Laden, qui a réussi à faire du GSPC une succursale d’Al Qaïda au Maghreb.
Le maillage de la région de Yakouren par les forces combinées, et les bombardements récurrents avec des fois, des face à face, a permis la neutralisation de 8 terroristes un bilan arrêté mardi dernier. Nos sources indiquent que les forces de l’ANP ont découvert une logistique importante de communication dont un micro-ordinateur plus de 500 terroristes au service d’Al Qaïda et que les informations distillées à temps par la chaîne qatari Al Djazira émanent de cette casemate détruite. Comme tout aussi un matériel d’émission par satellite se trouve dans ce quartier général. On croit savoir aussi que le fils d’Ali Benhadj fait partie de ce groupe cerné à Yakouren et a activement participé aux différentes actions terroristes ayant ciblé certaines localités de la wilaya de Tizi Ouzou où les brigades de gendarmerie ainsi que les patrouilles et convois de l’ANP sont les cibles principales. Le fils d’Ali Benhadj (le n°2 du FIS dissous) Abdelkahar, a rejoint les maquis islamistes dans la région. Son père jouait sur la surenchère de l’enlèvement et de la disparition il a fallu une retransmission d’une cassette vidéo faite par la chaîne islamiste Al Djazira, confirmant son ralliement volontaire à Al Qaïda pour que la rumeur et la propagande d’Ali Benhadj s’estompent. Abdelkahar est donné comme concepteur et a été très actif selon nos sources lors de la dernière attaque contre la brigade de Yakouren où la localité a connu l’horreur durant toute la nuit et entièrement assiégée par les criminels islamistes.
Les éléments de la Gendarmerie nationale cantonnés à l’intérieur de la brigade ont réussi à résister aux coups lâches des terroristes et il a fallu le renfort des éléments de l’ANP qui ont permis de neutraliser 4 terroristes et que le reste du groupe s’est volatilisé dans le dense massif forestier de Yakouren. L’opération de ratissage toujours en cours, continue à faire signer aux terroristes d’Al Qaïda d’importants échecs, par la neutralisation des éléments, la récupération des armes (y compris l’artillerie lourde), la destruction des casemates. L’importance en nombre du groupe cerné, a nécessité de dépêcher des renforts d’éléments de l’ANP, en fouissant jusqu’aux derniers retranchements, les terroristes et en finir avec ces rumeurs de mort. La Kabylie est devenue ces derniers mois, une zone de repli aux fous de Dieu d’où partent toutes les actions criminelles et de propagande, le massif forestier et le relief accidenté a motivé le choix des terroristes sur cette région pendant que la population s’est résolument comporté anti-islamique et farouchement opposée au projet intégriste. Notons que le général-major Ahmed Boustilla, chef du commandement de la gendarmerie nationale, a effectué un déplacement sur les lieux à Yakouren pour apporter son soutien aux patrouilles ciblées par les terroristes et aussi appuyer l’opération de ratissage en cours qui permettra d’assainir la région. Un maillage rigoureux des fouilles systématiques des barrages se multiplient sur toute l’étendue de la wilaya de Tizi Ouzou afin de parer à d’éventuels infiltrations de terroristes où à l’acheminement de matériels, de logistiques ou autres.
L’appréhension sur d’autres attentats et autres attaques terroristes plane toujours à Tizi Ouzou, la vigilance est plus que recommandée au vue de la capacité de nuisance même s’il s’agirait d’un seul terroriste en activité, surtout dans les localités dépourvues de brigades de gendarmerie ou de sûretés urbaines.
DDK du 21/07/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Mar 24 Juil - 11:26

PREMIER BILAN DE L’ASSAUT DES FORCES DE L’ANP
20 terroristes neutralisés lors de l’opération de Yakourène

Les artificiers de l’ANP poursuivent leur opération de déminage en vue de permettre aux troupes d’avancer.
C’est un groupe terroriste important qui a été neutralisé par les forces de l’ANP à l’issue de l’assaut final donné depuis samedi dernier dans la soirée et qui s’est poursuivi encore dimanche jusqu’à une heure avancée de la nuit dans la région de Yakourène où une grande offensive militaire a été lancée depuis l’attaque avortée contre la brigade de gendarmerie de la localité. Selon une source proche de cette offensive militaire, pour laquelle des moyens humains et matériels des plus impressionnants ont été déployés, 20 terroristes parmi la soixantaine encerclée depuis le 13 juillet dernier, ont ont été neutralisés au total, portant ainsi le bilan de l’opération à 24 terroristes mis hors d’état de nuire.
Parmi ces 20 terroristes, a indiqué notre source, certains ont été abattus ces dernières 48 heures, lors de l’assaut final au cours duquel l’ANP a eu recours à l’artillerie lourde, et d’autres ont été capturés vivants par les troupes des parachutistes qui ont investi le massif forestier de Yakourène alors que d’autres encore, épuisés et convaincus de leur situation suicidaire, ont préféré se rendre aux troupes militaires qui ont bouclé toute la région, de Yakourène jusqu’à Adekar et Béni K’sila dans la partie ouest de la wilaya de Béjaïa passant par toute la partie est de la wilaya de Tizi Ouzou. Selon notre source, qui n’a pas précisé quel a été le sort réservé au fils d’Ali Benhadj, qui figurait parmi ce groupe, aucun corps de terroristes, parmi ceux abattus, n’est pour le moment récupéré mais, toutefois, localisés à l’aide d’un équipement très sophistiqué dont des caméras numériques et de vision nocturne. Ces corps se trouvent encore dans les zones bombardées auxquelles les troupes de l’ANP n’ont pas encore accédé en raison de la probable présence encore sur les lieux de mines antipersonnel. Il faudrait alors certainement attendre que les équipes de déminage mobilisées par l’ANP achèvent l’opération entamée il y a cinq jours pour que le reste des troupes avance. D’autres sources affirment qu’un câble électrique qui alimentait, sur une longue distance, une infirmerie de fortune du GSPC, installée dans une casemate, a été découverte non loin du village d’Ihemzioune. Il est à noter que durant la journée d’hier, les bombardements ont été interrompus, mais le dispositif était toujours en place. Toute la région était bouclée et les militaires sont restés aux aguets.
Outre les informations sur la situation, bien maîtrisée par l’ANP, à Yakourène, notre source est revenue sur le début de l’opération pour nous révéler que la forte présence de terroristes dans la région de Yakourène, une soixantaine, selon certains et plus d’une centaine selon d’autres, le jour de l’attaque avortée contre la brigade de gendarmerie se justifie par la tenue d’un congrès du GSPC près du lieudit Chaâra où un ancien camp de l’ALN a été transformé par le GSPC en camp d’entraînement. Notre source ne précise pas si le congrès a été tenu ou allait se tenir, mais établit un lien direct avec deux informations capitales et dont la presse s’est fait l’écho. Il s’agit, pour la première, du micro-ordinateur contenant une liste importante de terroristes et qui n’est donc, a indiqué notre source, que la liste des congressistes. Ce qui n’exclut donc pas la présence d’“émirs” et d’importants dirigeants du GSPC parmi le groupe encerclé. C’est ce qui expliquerait aussi même la présence du fils d’Ali Benhadj parmi ce groupe. Le deuxième lien a été établi avec l’attentat kamikaze du 11 juillet dernier à Lakhdaria qui ne pourrait avoir, de l’avis de notre source, d’autres objectifs que le détournement de l’attention des services de sécurité vers une autre région afin de permettre le bon déroulement du congrès de Yakourène.
Liberté du 24/07/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Jeu 2 Aoû - 1:39

Il a fourni les camions piégés et les vidéos des kamikazes
Le cerveau des attentats d’Alger et de Lakhdaria abattu

Il s’agit de Sid-Ali Rachid, dit Ali Dix. Il a été abattu le 30 juillet dernier en compagnie de son acolyte dans la région de Iboudrarène, dans la wilaya de Tizi Ouzou.
Après avoir démantelé le réseau de soutien ayant été à l’origine des attentats d’Alger, de Boumerdès et de Tizi Ouzou, les services de sécurité viennent de mettre hors d’état de nuire le cerveau des opérations terroristes du 11 avril ayant ciblé le Palais du gouvernement et le commissariat de Bab-Ezzouar et celle du 11 juillet ayant touché un poste militaire à Lakhdaria, dans la wilaya de Bouira. “En effet, vingt jours après l'attentat du 11 juillet, le cerveau des attentats des 11 avril et 11 juillet a été abattu lundi dernier en même temps que son lieutenant Haroun El-Achaâcchi”, ont affirmé hier des sources sécuritaires à Alger qui ont insisté sur la contribution de la population locale d’Iboudrarène. Et d’ajouter qu’il s'agit du “nommé Sid-Ali Rachid, dit Ali Dix, conseiller militaire du GSPC (zone Centre), membre de la chefferie qui a été abattu le 30 juillet dernier, dans la région du Djurdjura, avec un autre membre de la chefferie du GSPC, le terroriste Nour Mohamed, alias Haroun El-Achaâchi”. Les mêmes sources précisent que Sid-Ali Rachid, alias Ali Dix, est né le 23 juin 1974 à Aomar. Il est originaire de Lakhdaria dans la wilaya de Bouira. Les investigations menées par les services de sécurité ont permis de remonter la filière et de découvrir que Ali Dix est “l'organisateur principal” des attentats d'Alger et de Lakhdaria. “C'est lui qui a supervisé l'ensemble des opérations et donné des instructions pour filmer les attentats et qui est derrière les acquisitions des véhicules piégés. Il avait d'autres projets d'attentats de grande envergure”, ont indiqué les services de sécurité qui soulignent qu’il “était chargé par Droudkel et certains membres de la chefferie de l’organisation terroriste de blanchir l’argent du racket et des enlèvements”. “Il devait prendre la tête des groupes terroristes activant dans la zone Centre”, ont-ils ajouté sans donner d’autres précisions sur le nombre de terroristes encore en activité au sein de l’ancien GSPC qui a rallié al-Qaïda. Il faut savoir que les opérations effectuées par les services de sécurité ont également permis de démanteler le réseau de soutien à l’origine de l’attaque-suicide du poste militaire de Lakhdaria. Selon la même source, “moins de sept jours après l'attentat criminel contre la caserne de Lakhdaria, du 11 juillet dernier, les services de sécurité ont mis la main sur la cellule qui a assuré la logistique et le soutien ayant permis la préparation de cet attentat, notamment par l'acquisition du camion de marque Toyota de type JAC que conduisait le nommé B. Ali”.
Depuis le 5 juillet dernier, la lutte contre le terrorisme a redoublé d’intensité. Le président Bouteflika avait ordonné, en tant que chef suprême des armées, dans son discours à l’occasion de la fête nationale de l’Indépendance, l’intensification de la lutte contre les groupes terroristes qui ont refusé la main tendue du peuple algérien. Depuis, plusieurs attentats ont été déjoués et d’importantes opérations contre les maquis du GSPC ont été enclenchées. À Yakourène dans la wilaya de Tizi Ouzou, les forces de l’ANP ont encerclé un repaire terroriste où s’était réfugiée une soixantaine d’éléments armés dont le fils de Ali Benhadj. Plusieurs terroristes avaient été abattus et d’autres se sont rendus à l’issue de l’assaut de l’ANP. Dans d’autres régions du pays, notamment à Tlemcen et Jijel, les services de sécurité ont renforcé les dispositifs en vue de traquer les groupes terroristes affiliés à l’organisation de Ben Laden.
Liberté du 02/08/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par espoir le Dim 11 Nov - 18:53

Attentat à la voiture piégée à Tizi-Ouzou
Un attentat à la voiture piégée a eu lieu à Maatkas, une ville situé à 25 km au sud ouest de Tizi-Ouzou, ce soir vers 21 heures, annonce le site "Toutsurlalgérie". L'explosion de la voiture bourrée d’explosifs contre le «célibatérium» de la police a fait de nombreux blessés parmi les policiers, selon un premier bilan obtenu par «toutsurlalgerie.com» auprès de sources sécuritaires locales. Après l’explosion, un accrochage a opposé les forces de sécurité à des terroristes au chef lieu de la commune de Maatkas. Selon les premières indications fournies par nos sources, l’accrochage, qui a duré plusieurs minutes, s’est produit non loin de l’ex-siège de la brigade de gendarmerie nationale de la ville.
Par ailleurs, poursuit "Toutsurlalgérie", un autre accrochage a opposé, en début de soirée, des islamistes armés aux forces de sécurité près de Yakouren. Un terroriste a été abattu, selon un bilan provisoire.

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation sécuritaire en Algérie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum