Tout sur la saison cycliste 2007

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Mer 18 Avr - 20:45

Toute l'actualité de la grande boucle pour les amoureux de la petite rêne.


Dernière édition par le Ven 25 Mai - 14:57, édité 1 fois
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par yacine jsk le Mer 18 Avr - 21:39

la grande boucle a vraiment perdu son charme avec les dernières histoires de dopages ,le seul intérêt qui reste c'est de regarder les sublimes paysages des alpes et des périnées

yacine jsk

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Mer 18 Avr - 21:53

yacine jsk a écrit:la grande boucle a vraiment perdu son charme avec les dernières histoires de dopages ,le seul intérêt qui reste c'est de regarder les sublimes paysages des alpes et des périnées

Bravo, franchement je n'ai rien à ajouter. Tu as tout dis Wink
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Sam 12 Mai - 20:56


Tour d'Italie: l'Italien Di Luca se place d'emblée
L'équipe Liquigas a remporté samedi après-midi le contre-la-montre inaugural du Tour d'Italie cycliste, sur l'archipel de la Maddalena, et a placé son chef de file, l'Italien Danilo Di Luca, dans le sillage de son coéquipier Enrico Gasparotto.
Di Luca a crié en vain à son cadet (25 ans) de ralentir tout près de l'arrivée installée sur le port ensoleillé de la Maddalena, une petite île au large de la côte nord-est de la Sardaigne. Gasparotto a franchi la ligne le premier et a endossé le maillot rose du Giro au terme de ce contre-la-montre par équipes.
Très vite, Di Luca, qui aurait bien voulu se vêtir de rose, a chassé cette contrariété. Le coureur des Abruzzes, candidat à la victoire finale, a réalisé la meilleure opération du jour en distançant d'emblée tous ses adversaires directs, principalement les deux favoris italiens Damiano Cunego et Gilberto Simoni.
Quatrième de l'étape à la tête de sa formation Lampre, Cunego a lâché 42 secondes. Dixième, Simoni a abandonné 1 min 25 sec tout comme son jeune coéquipier Riccardo Ricco qui, symbole ou coïncidence, a passé la ligne d'arrivée devant les autres coureurs de l'équipe Saunier Duval.
En revanche, Paolo Savoldelli (Astana) n'a laissé que 13 secondes à Di Luca et aux siens. Le "Faucon" italien, surnommé ainsi pour ses talents de descendeur, a même espéré rééditer son coup de l'année passée quand il avait gagné le premier contre-la-montre individuel à Seraing (Belgique), avant d'être devancé par les maillots verts luminiscents de la Liquigas.
Moins heureux, Yaroslav Popovych a cédé plus de temps que prévu. En queue de file de la Discovery Channel, l'Ukrainien a glissé dans un virage en descente, à près d'un kilomètre de la ligne. Il s'est relevé sans tarder pour revenir sur ses coéquipiers dans la ligne droite finale mais a perdu au bilan 49 secondes.
"C'est un parcours dangereux", avait averti son coéquipier américain George Hincapie après avoir reconnu les 25,6 kilomètres menant de l'île de Caprera à la Maddalena. Encore le beau temps dans ce décor de rêve a-t-il limité les risques sur les nombreux virages de fin de course qui ont provoqué l'éclatement de plusieurs formations.
Spectacle inattendu dans un contre-la-montre par équipes, les coureurs de tête des formations se sont souvent retournés pour vérifier le nombre de leurs coéquipiers et ralentir l'allure. A cause du règlement basant le temps de chaque groupe sur leur cinquième homme franchissant la ligne.
Dimanche, le Giro reste en Sardaigne pour la deuxième étape, un parcours sans difficulté de relief menant de Tempo Pausania (nord) à Bosa (ouest). Les sprinteurs, l'Australien Robbie McEwen et l'Italien Alessandro Petacchi davantage que le Norvégien Thor Hushovd dans un mauvais jour samedi, sont attendus au bout des 205 kilomètres qui se terminent par une ligne droite de 300 mètres.
Pour le blond Gasparotto, un routier-sprinteur du Frioul qui avait gagné le championnat d'Italie 2005, l'année de son passage dans le peloton professionnel, la journée promet d'être mémorable.
AFP


Dernière édition par le Dim 13 Mai - 21:48, édité 1 fois

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Dim 13 Mai - 21:47


Tour d'Italie: l'Australien McEwen remporte la 2e étape, maillot rose pour Di Luca

L'Australien Robbie McEwen s'est imposé sans attendre, dès le premier sprint du Tour d'Italie, dimanche, à Bosa, où le maillot rose est passé sur les épaules de l'Italien Danilo Di Luca.
Le match attendu entre McEwen et son grand rival, l'Italien Alessandro Petacchi, a tourné à l'avantage de l'Australien, qui a enlevé son douzième succès dans le Giro depuis 2002.
Petacchi, emmené par son "train" bleu de l'équipe Milram, a lancé le sprint sur la ligne droite tracée à l'entrée de Bosa, une petite bourgade ensoleillée de la côte ouest de la Sardaigne.
Mais l'Italien, qui peine à retrouver son meilleur niveau depuis son grave accident du Giro 2006 (fracture de la rotule), n'a pu développer sa pleine puissance. Dans sa roue, McEwen a produit son effort et a pris immédiatement plusieurs longueurs.
Sur la ligne, l'Australien bondissant de l'équipe Predictor a précédé d'un demi-vélo l'Italien Paolo Bettini qui aurait bien aimé faire briller son maillot de champion du monde sur le podium.
"Cette étape était favorable. Les sprinteurs étaient un peu émoussés à cause de la dernière montée", a estimé le champion olympique d'Athènes, toujours dangereux après une course éprouvante.
Car les sprinteurs ont dû s'employer sur ce parcours ondulé de 206 kilomètres, longtemps ouvert par une échappée de cinq coureurs (Brutt, Facci, Masciarelli, Labbe, Besys) partis à l'avant dès le 9e kilomètre.
"La Sardaigne m'a fait penser à Liège-Bastogne-Liège", a estimé McEwen, non sans une pointe d'exagération. En tout cas, l'Australien s'est accroché dans la dernière montée, à 8 kilomètres de l'arrivée, où le Russe Pavel Brutt, le dernier rescapé de l'échappée, a été rejoint.
Le peloton s'est déchiré en deux morceaux dans cette côte avant que la première partie soit décimée par une chute survenue à 1300 mètres de la ligne, sans conséquences sur le temps final. Mais Bettini a perdu dans l'accident l'un de ses coéquipiers, l'Italien Andrea Tonti (nez cassé).
Quant à Di Luca, il a récupéré avec le sourire le maillot rose seulement entrevu la veille quand il avait crié sans être entendu à son coéquipier, l'Italien Enrico Gasparotto, de ralentir à l'arrivée du contre-la-montre par équipes.
Gasparotto, retardé par la chute, a été classé dans le même temps que Di Luca mais le règlement prend en compte l'addition des places aux arrivées d'étape pour départager les coureurs à égalité.
Lundi, le Giro dispute sa troisième et dernière étape en Sardaigne, sur un parcours de 181 kilomètres reliant Barumini à Cagliari par la côte sud-est de l'île.
Le final, parfaitement plat, s'adresse aux sprinteurs qui disposent d'une ligne droite finale de 500 mètres en bord de mer dans la préfecture sarde, sur les rives du golfe des Anges.
"J'essayerai", a promis McEwen (34 ans) qui a signé sa douzième victoire d'étape depuis 2002 dans le Giro.
AFP

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Lun 14 Mai - 23:25


Petacchi remporte la 3e étape du Giro, Gasparotto reprend le maillot rose

L'Italien Alessandro Petacchi (Milram) a remporté lundi au sprint la troisième étape du Tour d'Italie, disputée sur 181km entre Barumini et Cagliari. Enrico Gasparotto (Liquigas), 8e de l'étape, a repris le maillot rose de leader au classement général à son coéquipier et compatriote Danilo Di Luca.
Signant la 20e victoire d'étape de sa carrière sur le Giro, Petacchi s'est imposé en quatre heures, 22 minutes et 57 secondes, devançant l'Allemand Robert Forster (Gerolsteiner) et l'Argentin Ariel Maximilian Richeze (Panaria).
Evoquant sa chute de l'an dernier lors de cette même 3e étape, lui valant une fracture au genou, Petacchi n'a pas caché son émotion. "J'ai dit avant ce Giro qu'une victoire d'étape serait comme ma première victoire. J'ai beaucoup souffert après cette blessure et j'avais beaucoup de doutes sur le fait de savoir si je retrouverais mon niveau".
Pour expliquer le retour du maillot rose sur les épaules de Gasparotto, Di Luca, 82e de l'étape, a expliqué que l'équipe avait décidé avant la course qu'il ne prendrait pas part au sprint. Bien lui en a sans doute pris car une nouvelle chute collective a encore eu lieu à l'approche de l'arrivée. Damiano Cunego a chuté lourdement, avant de se remettre en selle. Quant au double vainqueur du Giro Gilberto Simoni, il a pu freiner au dernier moment. Le Norvégien Thor Hushovd (Crédit Agricole) a eu moins de chance.
Les coureurs se reposent mardi, avant que la caravane ne quitte la Sardaigne pour retrouver le continent avec une 4e étape qui partira mercredi de Salerne. Elle prendra fin au terme de 153km marqués par l'ascension finale vers Montevergine di Mercogliano, là où Cunego l'avait emporté avant d'enlever le Giro 2004.
AP

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Dim 20 Mai - 18:42


Tour d'Italie de cyclisme: l'Italien Petacchi remporte la 7e étape
sam 19 mai 2007
A l'exemple des motards de GP sur le circuit du Mugello, l'Italien Alessandro Petacchi a enlevé un sprint très spectaculaire à l'arrivée de la septième étape du Tour d'Italie, sans conséquence pour le classement général.
Sur la même ligne d'arrivée que pour les Grands Prix moto, quatre coureurs se sont présentés de face pour la victoire. Avec une demi-roue d'avance pour Petacchi sur le Norvégien Thor Hushovd qui n'a pu le remonter complètement.
Les Italiens Paolo Bettini (3e) et Danilo Napolitano (4e), sur la droite de Petacchi, ont dû se contenter des accessits. Sans trop de regrets pour Bettini, bien que le champion du monde ait tenté d'user les sprinteurs dans le petit col placé à une cinquantaine de kilomètres de l'arrivée.
En revanche, Napolitano a mené un sprint impressionnant. Le coureur de l'équipe Lampre, toute dévouée en dehors de lui à la cause de Damiano Cunego, a dû se relancer après avoir freiné le long des barrières, à côté de Hushovd.
L'emballage final, superbe, a conclu une étape de 254 kilomètres, la plus longue du Giro qui est remonté sous le soleil d'Ombrie en Toscane, de Spolète à Scarperia, la ville voisine de l'autodrome du Mugello.
"Je connaissais le circuit pour l'avoir fait à scooter, le jour où j'ai rencontré Valentino Rossi", a expliqué Petacchi. "Je me souvenais très bien du profil, un peu ondulé. Après tous ces kilomètres, ce n'était pas évident".
Pour signer son 21e succès dans le Giro, le deuxième depuis le départ après celui de Cagliari lundi dernier, le Ligurien (33 ans) s'est appuyé sur le travail de ses équipiers.
L'Australien Brett Lancaster a neutralisé l'attaque du champion du monde du contre-la-montre, le Suisse Fabian Cancellara, parti aux 1200 mètres après une tentative de l'Italien Salvatore Commesso. Puis, l'Italien Alberto Ongarato a lancé Petacchi qui a produit son effort de loin, sans craindre le léger faux-plat montant.
"J'ignore ma vitesse, je devais être à 60-65 km", a estimé le vainqueur du jour. "Mais, sur la piste, on a l'impression de ne pas avancer. J'ai eu besoin de regarder mon compteur pour vérifier qu'on allait vite".
Petacchi s'est déclaré partisan de ce type d'arrivée sur un autodrome, tout comme son compatriote Danilo Di Luca, toujours le mieux classé des favoris du Giro (3e) à 4 min 12 sec de l'Italien Marco Pinotti.
"Pour les coureurs, c'est plus sûr. Pour le public, c'est plus spectaculaire", a résumé Di Luca qui, comme le peloton du Giro, aura l'occasion d'emprunter dimanche un autre circuit automobile.
La huitième étape relie en effet Barberino di Mugello à Fiorano Modenese (200 km), tout près de Maranello, le fief de Ferrari qui fête cette année le 60e anniversaire de sa première voiture.
Dans le final, la course emprunte le circuit du mythique constructeur italien avant de revenir dans la petite ville de Fiorano.
AFP

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Lun 21 Mai - 19:46


Tour d'Italie (9ème étape) - Napolitano se régale
L'Italien Danilo Napolitano (Lampre) remporte la 9e étape du Tour d'Italie devant l'Australien Robbie McEwen (Predictor Lotto) et son compatriote Alessandro Petacchi (Milram), lundi. Paolo Bettini (Quick Step) prend la 4e place. Le maillot rose reste sur les épaules de Marco Pinotti (T-Mobile).
Qui va piano va sano. Lors de la 9e étape, censée être de transition avant la haute-montagne de mercredi, le peloton de 181 coureurs avait décidé de ne pas se presser pour parcourir les 177km reliant Reggio Emilia en Emilie-Romagne et Lido di Camaiore en Toscane. Sous une forte chaleur (30°C) et comme le parcours le laissait présager, avec une seule difficulté au programme (un col de 2e catégorie : le Passo del Cerreto), la victoire s'est disputée au sprint. On attendait Alessandro Petacchi (Milram) pour un troisième succès sur ce Giro, mais c'est son compatriote Danilo Napolitano qui a remporté la mise au terme d'une fin de course rondement menée.
Bien calé dans la roue de l'Australien Robbie McEwen (Predictor Lotto), classé deuxième, le Sicilien décide de prendre les choses en main à 200m de l'arrivée. Le sprinteur de la Lampre déborde et saute sur la ligne McEwen et Petacchi, sûrement coupable d'avoir enclenché son sprint trop loin de l'arrivée. Avant ce sprint qui aura vu la violente chute du Français Yohann Gène (Bouygues Telecom), quatre hommes avaient décidé de réveiller un peloton au ralenti (les 53 premiers km ont été effacés en 2h).
Après le passage du Passo del Cerreto, qui voyait Luis Felipe Laverde (Ceramica Panaria) conforter son maillot de meilleur grimpeur, les Français Frédéric Bessy (Cofidis) et Nicolas Crosbie (Bouygues Telecom) mais également le Bélarusse Andrei Kunitski (Acqua e Sapone) et l'Italien Simone Masciarelli (Acqua e Sapone) décidaient de prendre la fuite. Le début d'étape escarpé ne permettant pas de faire une grande différence, et avec une avance qui n'aura pas dépassé les trois minutes, les fuyards, pourtant éloignés au classement général, n'ont jamais pu croire à une victoire finale ; le peloton (la Milram, la Quick Step et la T-Mobile surtout) veillant au grain derrière. Mais c'est bien un coureur de la Lampre qui recevait les honneurs. Au grand dam d'Alessandro Petacchi...
Eurosport 21 Mai 2007


Dernière édition par le Jeu 24 Mai - 11:41, édité 1 fois

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Mar 22 Mai - 19:34


Tour d'Italie (10ème étape) Piepoli en spécialiste
Tour d'Italie - En pur grimpeur, l'Italien Leonardo Piepoli (Saunier Duval) a remporté la 10e étape du Giro mardi. Son compatriote Andrea Noe (Liquigas) s'empare du maillot rose. Parmi les favoris, Danilo Di Luca a marqué des points, Andy Schleck a épaté, alors que Damiano Cunego a souffert.
Le Giro prenant un peu de hauteur, on attendait un bras de fer entre favoris et notamment Gilberto Simoni et Riccardo Ricco (Saunier Duval) aux avant-postes. A l'arrivée, du jaune, on en a vu, mais pas l'un des dossards attendus. Leonardo Piepoli s'est invité à la fête finale dans l'ascension vers le sanctuaire Notre-Dame de la Garde et s'est même permis de griller la politesse aux favoris. A 4 km de l'arrivée, l'Italien profitait d'un peloton de ténors qui s'observaient, pour placer une accélération surprise. Personne ne reverrait le grimpeur qui signe là sa 3e victoire dans la course rose, après ses succès à La Thuile puis au Plan de Corones l'an dernier.
Cette 10e étape, longue de 250km, la seconde plus longue de l'édition 2007, devait pourtant permettre d'y voir un peu plus clair dans les prétentions des favoris. Un relief peu escarpé, malgré deux difficultés répertoriées au classement de la montagne (Passo del Biscia et la montée des Campi), mais un final qui devait faire la différence avec sa dernière portion à 14%. Loin de la balade, l'étape du jour partait sur les chapeaux de roues: plus de 52km/h de moyenne après une heure de course. Un rythme endiablé qui faisait les malheurs de nombreux coureurs contraints à l'abandon après les multiples chutes des jours précédents.
Après 70km de course et un profil plus accidenté, six coureurs (Parra, Hincapie, Ardila, Dupont, Baliani, Losada) parvenaient à fausser compagnie au peloton. Une balade de près de 175km, jusqu'à ce que le dernier survivant, le Colombien Ivan Parra (Cofidis), soit repris à 4km de la ligne. Entre temps, George Hincapie s'était rêvé un temps en rose, l'échappée comptant jusqu'à 4'30" d'avance. Mais les abords de la montée des Campi (KM 222) sonnaient le glas de l'échappée. Les Lampre et les Liquigas, décidées à placer leurs leaders, accéléraient, effectuant un premier écrémage. Marco Pinotti, leader au général, portait les stigmates d'une longue journée passée sous le soleil. Ses minutes en rose semblaient définitivement comptées.
Di Luca se place
8,8km d'ascension finale à 8% de moyenne. Pas de quoi effrayer en temps normal, mais de quoi couper les jambes après 240km de course. Sentant le bon coup à jouer, les Liquigas haussaient le tempo. Par deux fois, Di Luca tentait l'attaque. Une première fois pour reprendre Ivan Parra. Une seconde pour rattraper Andy Schleck (CSC), sorti à la poursuite de Piepoli (Saunier Duval), seul homme en tête. Mais ce dernier plaçait une ultime accélération victorieuse et terminait avec 18 secondes d'avance sur Di Luca et 27 secondes sur Schleck. Voulant s'attendre pour filer Di Luca, mais se neutralisant finalement plus qu'autre chose, Gilberto Simoni (4e) et Riccardo Ricco (5e) perdent encore du temps au général.
Bonne opération pour Di Luca qui revient dans le Top10 au général (8e à 2'58") et s'empare du maillot vert du classement de la montagne. L'Italien reprend du temps à ses rivaux et notamment Damiano Cunego, qui n'a pas su prendre le bon wagon. Pour le maillot rose, il faudra encore attendre pour le Killer. Mais il se consolera toujours en se disant que la tunique est sur les épaules de son coéquipier Andrea Noe' qui devance Marzio Bruseghin (Lampre) de 1'08" et David Arroyo (Caisse d'Epargne), 3e à 1'15".
Eurosport 22 Mai 2007


Dernière édition par le Jeu 24 Mai - 11:41, édité 1 fois

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Mar 22 Mai - 19:40

Tour d'Italie : Classement Général (10ème étape)
Pos. Cycliste Pays Equipes Temps Ecart
1 Marco PINOTTI ITA TMO 39h45'42" 0
2 Andrea NOE ITA LIQ 0 28"
3 Sergueï YAKOVLEV KAZ AST 0 54"
4 Marzio BRUSEGHIN ITA LAM 0 1'06"
5 Francisco Javier VILA ESP LAM 0 1'10"
6 José Luis RUBIERA ESP DSC 0 1'36"
7 David ARROYO ESP GCE 0 1'43"

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Jeu 24 Mai - 11:40


Tour d'Italie (11ème étape) - Petacchi garde le rythme

L'Italien Alessandro Petacchi (Milram) s'est adjugé au sprint la 11e étape du Giro mercredi, signant son 3e succès depuis le départ et le 22e de sa carrirèe sur l'épreuve. Son compatriote Andrea Noe (Liquigas) conserve le maillot rose de leader. Jeudi, place à la très haute montagne.

Effacé en début de saison, Alessandro Petacchi retrouve son meilleur niveau au meilleur moment. Redevenu le maître du sprint, le Spezian de l'équipe Milram s'est offert mercredi sa troisième victoire depuis le départ de Sardaigne, la 22e de sa carrière sur le Giro. Pour la première arrivée à Pinerolo depuis 1982, année où Giuseppe Saronni s'était imposé dans la petite cité de la banlieue turinoise, Petacchi a pourtant eu chaud. Le maillot cyclamen n'a devancé que d'un quart de boyau Gabriele Balducci (Acqua e Sapone), Robbie McEwen (Predictor) prenant la troisième place devant Thor Hushovd (Crédit Agricole).
Petacchi a surtout évité une nouvelle chute collective qui s'est produite dans le deuxième rideau du peloton. La bruine avait rendu la chaussé particulièrement glissante sur les 100 derniers mètres, et les inscriptions des sponsors n'ont rien arrangé. Une bonne vingtaine de coureurs s'est ainsi retrouvée au sol. Ce fut le cas du champion du monde Paolo Bettini, décidément pas en veine cette année, mais aussi du leader du classement général Andrea Noe, qui a franchi sa première ligne d'arrivée en rose les fesses par terre. Une scène un peu surréaliste, sorte de mélange entre Holiday and Ice et Intervilles. Heureusement, pas de casse majeure a priori.
La drôle d'échappée de Buffaz
Drôle de final donc pour une drôle d'étape. Au lendemain de l'usante montée vers Notre Dame de la Garde, et à la veille d'une fin de semaine infernale où la haute montagne sera au menu quatre jours durant, le peloton avait décidé d'escamoter son mercredi. C'était sans compte sur Mickael Buffaz. Lors du premier sprint intermédiaire, le Français de l'équipe Cofidis s'est retrouvé devant en compagnie d'un autre Tricolore, Carl Naibo. Ce dernier se relevait aussi sec, mais Buffaz, sans forcer du tout son allure, n'était pas repris par le peloton.
Le début d'une aventure un peu rocambolesque, contée par son directeur sportif, Bernard Quilfen. "Le peloton a roulé à 10 à l'heure derrière, et Mickael a pris 5 minutes aussi sec. C'est presque sans le vouloir qu'il s'est retrouvé seul devant, presque contre son gré. Ce qui est incroyable, c'est qu'il a creusé l'écart en roulant petit braquet et sans se donner à fond. A l'entrainement, il roule plus vite, c'est une certitude. Ca fait un petit moment que je suis dans le vélo et franchement, je n'ai jamais vu ça ", s'amuse le patron des Cofidis sur ce Giro.
Mine de rien, Buffaz a passé près de 150 kilomètres devant, tout seul, avant de se faire reprendre à un peu plus de 10 kilomètres de l'arrivée. Sans se griller compte tenu de la très faible moyenne horaire du jour, mais sans jamais y croire non plus Au beau milieu de son escapade, on l'a d'ailleurs vu s'arrêter au bord de la route, frustré par l'inutilité de la chose. Il a fallu toute la force de persuasion de son directeur sportif pour qu'il continue. Drôle d'étape, on vous dit...
Eurosport 23 Mai 2007

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Ven 25 Mai - 15:00


Tour d'Italie (12° étape) - Di Luca reprend la main

Danilo Di Luca (Liquigas) s'impose comme le patron du Giro 2007. L'Italien a repris le maillot rose en remportant la 12e étape à Briançon, jeudi, en devançant au sprint son compatriote Gilberto Simoni (Saunier Duval). Paolo Savoldelli (Astana) a définitivement perdu ce Tour d'Italie.

Avec la haute montagne, les prétentions des favoris devaient prendre de la hauteur et jouer cartes sur table. Et on y voit désormais un peu plus clair. Oui, Danilo Di Luca est bien un sérieux candidat à la victoire s'il parvient à tenir le rythme des trois semaines. En trois arrivées au sommet, l'Italien a frappé fort à chaque fois et porté autant de coups à ses rivaux. Mieux encore, après le Montevergine, l'Abruzzais a signé un second succès avec la manière, au nez et à la barbe de ses rivaux, endossant une fois de plus le maillot rose de leader. Au soir de la 12e étape à Briançon, le "Killer" a même tué les espoirs de nombreux rivaux.
A commencer par Paolo Savoldelli. Le double vainqueur de l'épreuve a perdu tous ses moyens dès les premiers kilomètres vers le Col de l'Agnel, Cima Coppi (plus haut sommet) de l'édition 2007 du haut de ses 2744m. Le leader Astana franchit la ligne avec 5'49" de retard sur Di Luca qui le précède à présent de près de huit minutes au général. Autant dire qu'avec la 4e place à Briançon d'Eddy Mazzoleni (10e au général), la formation suisse devrait changer son fusil d'épaule pour la suite du Giro...
Popovych distancé, Cunego à la traîne
Autre prétendant à la victoire au tapis sans doute, Yaroslav Popovych. Le coureur de Discovery, 3e en 2003, a perdu avant même le départ son principal soutien en la personne de George Hincapie qui a abandonné. Victime d'une chute en début de Giro, l'Ukrainien semble bien loin de sa meilleure condition et n'a jamais paru en mesure de suivre. Il pointe à présent au 19e rang à 9'34".
Mais qui reste-t-il alors pour la lutte finale avec Di Luca? Sans surprise, Gilberto Simoni. Le Giro entrant sur son terrain de prédilection, la montagne, le Trentinois s'était donné les moyens de ses ambitions avec une formation Saunier Duval imposant son tempo au peloton. Puis, dans l'ascension du Col de l'Agnel, Leonardo Piepoli était là pour provoquer un premier écrémage qui ne laissait que Di Luca, Damiano Cunego et Stefano Garzelli dans la roue de l'ancien vainqueur du Tour d'Italie. Simoni réglait la cadence, multipliant les attaques qui faisait notamment souffrir son ennemi intime, Cunego, et distançait Garzelli. Avec seulement 19 secondes concédées, Cunego (6e au général à 2'10") ne semble pas en mesure de s'inviter dans le duel qui se profile entre Di Luca et Simoni, qui compte encore 2'34" de retard.
Le Boulanger s'illustre
La bonne surprise se nomme finalement Andy Schleck. Déjà prometteur au sanctuaire Notre-Dame de la Garde (3e), le porteur du maillot blanc du meilleur jeune s'est affirmé jeudi. Membre du groupe de tête, il a longtemps paru en mesure de jouer les trouble-fête, répondant présent sur les attaques de Simoni ou dévalant l'Izoard en trombe pour revenir sur Di Luca. Mais à 21 ans, le Luxembourgeois manque encore un peu de fraîcheur pour terminer en fanfare les étapes. Sur l'accélération décisive du futur maillot rose dans les rues de Briançon, Schleck était encore là pour suivre. Battu une nouvelle fois à l'arrivée (3e), Andy le néophyte continue sa remontée au général (4e à 1'25").
Comme bien souvent depuis le départ du Giro, les Français ont pointé le bout de leur nez dès les premiers kilomètres. Yoann Le Boulanger (Bouygues Telecom), un temps accompagné de Christophe Riblon (AG2R), partait en balade pour 125km, comptant même jusqu'à 17'20" d'avance sur le peloton, le plus grand écart depuis le départ du Giro, alors que le Col de l'Agnel se profilait à l'horizon. Passé en tête à la Cima Coppi, Le Boulanger cédait dans la montée de l'Izoard. Mais loin d'abdiquer, le Breton s'arrachait pour prendre une plus qu'honorable 7e place à l'arrivée. Au général, il réalise même une belle opération en passant de la 48e à la 27e place, devenant le meilleur Français au classement.
Eurosport 24 mai 2007


Dernière édition par le Sam 26 Mai - 16:24, édité 1 fois

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Sam 26 Mai - 16:21


Tour d'Italie (13° étape) - Di Luca reprend la main

Satisfait de son contre-la-montre vendredi, Danilo Di Luca (Liquigas) a repris du temps à Damiano Cunego, Gilberto Simoni et Andy Schleck. Le maillot rose est content de sa journée.

Leonardo Piepoli (ITA/Saunier Duval), 2e de l'étape: "C'est toujours dur de perdre pour une seconde. C'est un résultat qui confirme ma belle forme. On peut toujours avoir des regrets mais j'accepte le verdict. Le Giro ne s'est pas terminé à Oropa."
Gilberto Simoni (ITA/Saunier Duval), 13e de l'étape: "J'ai donné tout ce que j'avais mais je n'avais pas récupéré de l'étape de Briançon. Honnêtement, j'espérais mieux. Les écarts ne compromettent rien même si Di Luca confirme qu'il est très bien en ce moment. Dommage pour Piepoli. Après le travail formidable qu'il a fait sur l'Izoard (vendredi), il méritait plus que tout autre de remporter la victoire."
Marzio Bruseghin (ITA/Lampre), vainqueur d'étape: "Cela me fait plaisir de voir autant de gens contents de ma victoire. Di Luca a dit que je pouvais être un rival ? je ne pense pas. Pour l'inquiéter, il faudrait que le contre-la-montre de l'avant-dernier jour se dispute sur 200 kilomètres pour reprendre le temps qu'il va me prendre dans les cols. Je pèse 70 kilos, je ne peux pas rivaliser. A moins de lui accrocher un lest de 10 kilos... Je ne regrette pas d'avoir travaillé plusieurs années pour Petacchi. C'est une expérience qui m'a permis de m'améliorer, j'ai grandi en tant que coureur à ses côtés."
Danilo Di Luca (ITA/Liquigas), leader: "Bruseghin a fait un grand final. Les 1500 derniers mètres étaient moins pentus, il a fait l'écart en vrai rouleur. Je suis très satisfait de mon chrono. Je ne visais pas la victoire d'étape. Je prends du temps à Schleck, à Cunego, à Simoni. Je suis confiant. L'étape la plus dure ? c'est celle de dimanche, aux Trois Cimes de Lavaredo. Bergame ? Je m'attends à une échappée. Le San Marco est loin de l'arrivée."
Eurosport du 25 Mai 2007

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Sam 26 Mai - 19:58

Tour d'Italie (14ème étape) : Di Luca a souffert
Alors qu'il espérait une promenade de santé, Danilo Di Luca (Liquigas) a dû faire la chasse à ses rivaux durant toute la 14e étape. Avec les bonifications, le maillot rose concède 58 secondes à Stefano Garzelli, vainqueur de l'étape, et 50 à Gilberto Simoni, tous deux échappés au long cours.
A Bergame, Stefano Garzelli (Acqua e Sapone) s'est rappelé au bon souvenir du Giro en s'adjugeant le 5e succès d'étape de sa carrière, sa première depuis 2004. L'Italien, vainqueur de l'épreuve en 2000, remporte au sprint la 14e étape devant Gilberto Simoni, Paolo Bettini et Fortunato Baliani, tous membres de l'échappée au long cours partie après 80km de course. Garzelli s'est permis de coiffer sur le poteau le leader de Saunier Duval, se retournant même pour chambrer celui qui avait tenté l'attaque à quatre kilomètres du but, dans la dernière petite côte.
Distancés dans la cité bergamasque et pas vraiment récompensés de leurs efforts, Eddy Mazzoleni et Paolo Savoldelli ont été les deux autres instigateurs de ce numéro qui aurait pu coûter cher à Danilo Di Luca. Le coureur de la Liquigas a lutté toute la journée pour sauver son maillot rose de leader. Mais, peu soutenu, le "Killer" a pu compter sur le soutien... de la Lampre de Damiano Cunego. Malgré quatre coéquipiers à ses côtés, le Petit Prince a préféré se serrer les coudes avec son rival et partir en chasse des hommes de tête plutôt que de l'asphyxier davantage en l'attaquant. Mais le vainqueur du Giro 2004 aurait pu payer très cher ce manque d'audace.
Cunego joue avec le feu
Alors que Simoni jouait sa carte en solo à l'avant, Di Luca tentait de lâcher Riccardo Ricco, Andy Schleck et Cunego à l'avant du peloton. Et c'est ce dernier qui cédait derrière le trio, rattrapé par son équipier Marzio Bruseghin, dauphin de Di Luca au général. A l'arrivée, Di Luca concède 38 secondes sur la ligne à Garzelli et Simoni, soit respectivement 58 et 50 secondes avec les bonifications. Cunego limite la casse en revenant in extremis dans la roue du maillot rose.
Au classement général, Simoni remonte à la 5e place, à 2'42" du leader, à deux secondes de son ennemi intime Cunego. Bruseghin pointe toujours à 55 secondes de Di Luca, Andy Schleck reste 3e à 1'57".
Dimanche, le Giro dispute sa grande étape de montagne. Au programme des 184km entre Trente et les Trois Cimes de Lavaredo: trois cols (San Pellegrino, Giau et Tre Croci) et la montée finale, l'une des plus célèbres dans l'histoire du Giro, jusqu'à l'altitude de 2304 mètres.
Eurosport 26 Mai 2007

Giro : Les réactions

Stefano Garzelli (ITA/Acqua e Sapone), vainqueur de l'étape : «Je suis très content. Je n'avais plus gagné dans le Giro depuis 2004. Dans le final, je me suis demandé si j'allais reprendre Simoni. Mais, dans le dernier virage, je l'ai vu tout près devant moi. Et comme je suis plus rapide... Je risque de payer ces efforts dans la prochaine étape mais, pour moi, ce Giro est déjà réussi.»
Paolo Bettini (ITA/Quick Step), 3e de l'étape : «C'était une étape que je visais. Simoni a fait un grand numéro sur les pavés de la dernière montée. J'ai espéré revenir dans la descente. Mais je n'ai pas pu. Il était un peu plus frais que moi. Bravo à tous, c'était une étape très éprouvante.»


Danilo Di Luca (ITA/Liquigas), leader : «Je m'attendais à une attaque de Savoldelli dans la descente. Mais Simoni y est allé aussi. Il était normal que Lampre travaille avec nous dans la poursuite. Simoni est dangereux au classement général. C'est toujours lui qui est le plus redoutable. Demain (dimanche), c'est l'étape la plus dure du Giro. J'ai confiance.»
Andy Schleck (LUX/CSC), 3e du classement général : «Je suis tombé parce que Petrov a chuté devant moi dans le deuxième col. J'ai pris beaucoup de risques pour revenir dans la descente. Après, je suis resté dans la roue de Di Luca. Mais, quand il est sorti dans la dernière montée, je n'ai pas pu le suivre. J'ai perdu quelques secondes. J'étais fatigué à la fin. Demain ? c'est peut-être une journée pour moi, faire une belle place devant.»
AFP 26/05/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Dim 27 Mai - 18:53

Tour d'italie (15ème étape) : Ricco s'impose, Di Luca s'installe dans le Giro

L'Italien Riccardo Ricco a remporté dimanche la 15e étape du Giro qui a vu le leader Danilo Di Luca asseoir sa suprématie sur la course.

Cette épreuve de haute montagne avec le franchissement de trois cols et la montée vers les Trois Cimes de Lavaredo a permis d'opérer un tri au sein du peloton.
Parti très tôt en compagnie de Leonardo Piepoli, Ricco a tenu jusqu'au bout pour signer le premier succès d'étape de sa jeune carrière sur le Tour d'Italie.
Piepoli, grand seigneur, porteur du maillot de meilleur grimpeur, a aidé son cadet dans les derniers hectomètres, où les pourcentages atteignaient des valeurs supérieures à 12%.
Dans le final, le tandem de l'équipe Saunier Duval se débarrassait de ses compagnons d'échappée, le Colombien Ivan Parra, troisième, et le Mexicain Julio Perez Cuapio, quatrième.
Mais le grand vainqueur du jour est Danilo Di Luca.
Le porteur du maillot rose, totalement isolé dans les dernières ascensions, a d'abord contenu ses rivaux directs avant de faire une nouvelle démonstration de force.
S'envolant dans le final de cette étape considérée comme la plus difficile de ce Giro, Di Luca terminait avec un retard de 2'50" sur Ricco.
Mais il prenait de précieuses secondes à ses compatriotes Gilberto Simoni et Damiano Cunego tandis que le jeune Luxembourgeois Andy Schleck montrait d'évidentes limites.
Avant la journée de repos de lundi, Di Luca prouve qu'il a certainement les jambes pour remporter un grand tour.
La surprise du jour est venue d'Eddy Mazzoleni, le coureur de la formation Astana, qui a terminé devant Di Luca pour se hisser à la deuxième place du général.
Mazzoleni pourrait tenter de jouer les trublions lors de la dernière semaine de course, qui comprend encore une étape de montagne et un contre-la-montre, spécialités dans lesquelles il peut briller.
Reuters 27/05/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Mer 30 Mai - 18:19


Tour d'Italie (16ème étape) : Garzelli avec le coeur

Déjà vainqueur à Bergame samedi, Stefano Garzelli (Acqua e Sapone) a récidivé mardi en s'imposant en solitaire lors de la 16e étape. Le vétéran italien a fait la différence à 30km de l'arrivée. Le Français Laurent Mangel (AG2R) a pris une belle 2e place. Danilo Di Luca (Liquigas) reste maillot rose.

Stefano Garzelli fait partie de cette race de coureurs qui peuvent s'appuyer sur leur expérience pour faire la différence. Fin tacticien, le vétéran italien de 34 ans a porté une attaque décisive à... 34 kilomètres de l'arrivée. Avant cela, il n'avait pas eu trop de mal à s'extirper d'un peloton plus que passif ce mardi, battant tous les records de lenteur. Profitant de l'apathie générale, le vainqueur du Tour d'Italie 2000 a donc saisi sa chance dans une étape longue de 189 km dont le départ était donné dans les Dolomites et dont l'arrivée se situait à Lienz, dans le Tyrol autrichien.
Au terme d'un bel effort, le coureur d'Acqua e Sapone revenait d'abord sur un groupe de quatre échappés, parti au km 123, dans lequel figurait le Français Laurent Mangel (AG2R), finalement classé deuxième. Puis "Il Piratino" (en hommage à Marco Pantani, son ancien équipier chez Mercatone Uno) décidait de se faire la malle juste avant l'ascension de la deuxième difficulté du jour, le Bannberg. Excellent descendeur, l'homme de Varèse ne sera jamais repris et s'offre donc un deuxième succès sur ce Giro 2007, après sa victoire samedi à Bergame lors de la 14e étape, le huitième de sa carrière sur le Tour d'Italie.
Sur la ligne d'arrivée, le Lombard devance d'une minute le groupe de poursuivants qu'a réglé Laurent Mangel devant les Espagnols Ricardo Serrano et José Luis Rubiera. Quant au peloton, dans lequel figurait bien au chaud le maillot rose Danilo Di Luca (Liquigas), il est arrivé avec plus de huit minutes de retard. Désireux de se réserver pour l'étape de mercredi et l'ascension du fameux Monte Zoncolan, les meilleurs éléments du classement général avaient décidé de ne pas s'exciter ce mardi, probablement refroidi par un début d'étape marqué des conditions météorologiques difficiles (pluie, vent, neige fondue). Ils ont tenu parole. Di Luca a promis d'attaquer pour conforter son maillot rose lors de la 17e étape. Vivement mercredi...
Eurosport 29 Mai 2007


Dernière édition par le Mer 30 Mai - 18:25, édité 1 fois

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Mer 30 Mai - 18:24

Tour d'Italie (17e étape) : Gilberto Simoni vainqueur

L'Italien Gilberto Simoni a remporté la 17e étape du Tour d'Italie cycliste courue sur 142 kilomètres entre Lienz et Monte Zoncolan.
Simoni a devancé son coéquipier Leonardo Piepoli et le Luxembourgeois Andy Schleck.
L'Italien Danilo Di Luca a conservé son maillot rose de leader au classement général.
Reuters 30/05/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Ven 1 Juin - 14:26



Tour d'Italie (18ème étape) - Petacchi sans surprise

Alessandro Petacchi a décroché au sprint un 4e succès sur le Tour d'Italie 2007, jeudi, lors de la 18e étape entre Udine et Rieso Pie X. La fusée de Milram remporte ainsi le 23e de sa carrière sur le Giro. Danilo di Luca reste en rose.
Comme en 2005, Alessandro Petacchi est assuré de finir son Tour d'Italie avec au minimum quatre victoires. Lors de la 18e étape offrant aux 142 coureurs encore en lice 203 km de plat total, entre Udine et Rieso Pie X, la fusée de la formation Milram a imposé une nouvelle fois sa puissance. "Profitant" de la chute d'Aliaksandr Usau et Lloyd Mondory (AG2R) à 800 mètres de l'arrivée qui a notamment gêné Paolo Bettini, Petacchi a pris la tête pour ne plus la lâcher. Il s'est même offert le luxe de lancer le sprint final à 400m de la ligne pour s'offrir le 23e succès de sa carrière sur le Giro, égalant le record de Francesco Moser.
A quelques kilomètres de Trévise, seul Axel Maximilian Richeze (Ceramica Panaria) est parvenu à accrocher la roue de l'ancien coureur de la Fassa Bortolo. L'Argentin doit se contenter de la deuxième place, juste devant le Danois Matti Breschel (CSC). Après l'arrivée, Alessandro Petacchi est revenu sur la chute juste après la flamme rouge : "Je ne comprends pas ce qui passe dans la tête de certains : comment est-il possible d'aborder un virage de cette façon ?". Avant d'expliquer la tactique qu'il a adoptée pour finir en vainqueur : "Avec Tosatto, nous nous sommes trouvés très vite à découvert et j'ai décidé d'y aller. C'était très difficile parce que c'était un faux-plat montant."
Deux Français devant
Un peu plus tôt, sur un tracé plat comme une limande, sept hommes dont les Français Franck Renier (Bouygues Telecom) et Eric Berthou (Caisse d'Epargne), avaient animé le début d'étape. Les fuyards, partis à 35km de l'arrivée et qui se sont pourtant bien entendus tout au long de leur échappée, n'ont jamais connu plus de deux minutes et trente secondes d'avance. Pas suffisant pour espérer aller au bout. Calquant son rythme sur celui de l'échappée, le peloton ne s'est jamais affolé. Mené le plus souvent par les formations Milram, Crédit Agricole et Euskaltel (pour leur sprinteur Koldo Fernandez), celui-ci a avalé les quatre survivants de l'échappée originelle à sept kilomètres de l'arrivée.
Sourire aux lèvres, et fier de son fait, Petacchi a tenu à louer le travail de la Milram : "A la fin du Giro, les forces commencent à manquer. Merci à mes équipiers qui ont travaillé toute la journée. L'équipe n'est pas au complet et il n'est pas facile de contrôler une course sur 200 kilomètres." Demain est un autre jour et la 19e étape, entre Trévise et Comano Terme, ne devrait pas offrir le même résultat. Bien au chaud au sein du peloton, Danilo di Luca s'est rapproché un peu plus de la victoire finale. Malchanceux dans les derniers hectomètres, après avoir été gêné par la chute, le champion du monde Bettini, toujours bredouille sur l'édition 2007, a encore échoué dans sa quête de victoire. Mais ce n'est que partie remise, n'est-ce pas, Paolo ?
Eurosport 31 Mai 2007

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Ven 1 Juin - 23:00



Tour d'Italie (19ème étape) - Mayo: "J'ai tout donné"
Tour d'Italie - Pour son premier Giro, Iban Mayo a retrouvé des couleurs et signé l'une de ses plus belles victoires. Giovanni Visconti a tout tenté tandis que Danilo Di Luca n'a, lui, pas tremblé.
Iban Mayo (ESP/Saunier Duval): "C'est l'une de mes plus belles victoires. J'ai tout donné jusqu'à l'arrivée. Je pense que l'équipe s'est très bien comportée sur ce Giro. Ajouter une 4e victoire est formidable. La montée du Fugazze fut très rapide. Leo a essayé de bousculer Di Luca, mais ce dernier était très fort.
Giovanni Visconti (ITA/Quick Step): "J'étais fatigué. S'échapper était notre seule solution aujourd'hui. Je pensais que Garzelli serait plus fort, mais il a baissé de rythme progressivement. Et ensuite, avec Petrov, je pensais avoir ma chance mais Mayo était dans un bon jour".
Danilo Di Luca (ITA/Liquigas): "Saunier avait décidé d'attaquer et cela s'est bien passé. Je suis resté aux côtés de Piepoli. Cela a fini par marcher pour eux lorsqu'ils ont mis Mayo dans l'échappée qui a gagné l'étape. J'ai eu le soutien de mon équipe et la montée s'est bien déroulée. Je vais bien me préparer (pour le contre-la-montre de samedi) et envoyer un message. Il faut que je reste concentré jusqu'à demain soir. Je n'ai pas peur du chrono. Je vais tout donner. Je dois le faire. Je vais m'assurer d'avoir tous les pointages pendant la course.
Gilberto Simoni (ITA/Saunier Duval), 3e du général: "C'est très ouvert. Je peux terminer le Giro aussi bien deuxième que cinquième. Il est inutile de tirer des plans sur la comète avant le contre-la-montre. On fera les comptes demain."
Eurosport 01 Juin 2007
Iban Mayo remporte la 19e étape du Giro
L'Espagnol Iban Mayo de l'équipe Saunier Duval a remporté la 19e étape du Tour d'Italie cycliste, entre Trévise et Terme di Comano, près du Lac de Garde.
Mayo s'est détaché dans la dernière ascension de la journée pour devancer l'Italien Giovanni Visconti de 43 secondes.
Un autre Italien, Marco Marzano, a fini troisième à une minute et quatre secondes.
L'Italien Danilo Di Luca a franchi la ligne avec trois minutes de retard mais a conservé son maillot rose de leader.
Samedi, la 20e étape est un contre-la-montre individuel de 43 kilomètres entre Bardolino et Vérone.
Le Giro se termine dimanche à Milan
Reuters du 01 Juin 2007

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Dim 3 Juin - 14:50



Tour d'Italie (20ème étape) - Di Luca et Astana au top
Danilo Di Luca a assuré sa victoire finale lors du contre-la-montre, samedi entre Bardolano et Vérone. Paolo Savoldelli offre à Astana son 1er succès d'étape sur le Giro devant son coéquipier Eddy Mazzoleni qui monte sur le podium. Andy Schleck a confirmé. Damiano Cunego et Gibo Simoni ont craqué.
Danilo Di Luca est bien le roi de ce Giro 2007. Comme chaque jour, ses rivaux ont espéré un jour sans de l'Abruzzais. Et comme tous les jours, ils sont restés sur leur faim. Le leader de la Liquigas n'a tout de même pas eu le toupet de griller la politesse aux spécialistes pour auréoler son sacre d'un nouveau succès lors du contre-la-montre de la 20e étape. Le vainqueur de Liège-Bastogne-Liège s'est seulement contenté d'assurer l'essentiel: une perte de temps minimale sur son adversaire le plus proche, Andy Schleck, et un maillot rose à arborer dans les rues milanaises dimanche.
Et que dire du Luxembourgeois? A 21 ans, il boucle son premier grand tour à la deuxième place d'un Giro où la concurrence était malgré tout rude. Il faut remonter à 1979 et à la victoire de Giuseppe Saronni pour voir un coureur aussi jeune sur le podium. Schleck est même le plus jeune non-Italien à réussir un tel exploit. Alors que l'on se demandait après ses exploits en montagne s'il parviendrait à tenir la route trois semaines, le coureur de la CSC a confirmé qu'il avait les nerfs déjà solides, avec le 6e temps du chrono à Vérone, derrière des spécialistes comme Paolo Savoldelli, David Zabriskie ou Marzio Bruseghin. Il se paie même le luxe de reprendre trente secondes à Di Luca et de terminer à 1'55" au général. Le maillot blanc de meilleur jeune définitivement et logiquement ancré sur ses épaules.
Astana en force
En revanche, les deux autres postulants à la victoire finale en début de Tour d'Italie ont craqué lors de cette ultime chance. Bataillant pour une place sur le podium, Damiano Cunego (12e à 2'17") et Gilberto Simoni (17e à 2'44") n'ont pas tenu la distance des 43km du contre-la-montre. Si ce dernier réussit à rester devant son rival de la Lampre, les deux hommes échoueront dimanche à une marche du Top3. La faute à Eddy Mazzoleni, auteur d'un retour flamboyant entre Bardolino et Vérone. Le Bergamasque s'invite sur un podium qu'il pensait ne plus voir après avoir quelque peu craqué dans le Monte Zoncolan et rétrogradé à la 5e place. Mais 1'18", cela ne restait pas insurmontable.
Devenu leader par défaut de l'équipe Astana après la défaillance de Paolo Savoldelli, Mazzoleni a une fois de plus pu compter sur le soutien de l'un des grands déçus du Giro, Savoldelli. Histoire de ne pas repartir bredouille, le double vainqueur de l'épreuve (2002, 2005) avait mis les bouchées doubles. La soif de revanche, après notamment sa lourde chute à l'arrivée de la 11e étape, a eu rapidement raison de la pluie qui s'abattait une fois encore sur les coureurs. David Zabriskie, autre grand "absent" de la boucle italienne, avait pourtant frappé fort en signant les meilleurs temps intermédiaires à tous les pointages jusqu'à la ligne d'arrivée. L'Italien trouvait le moyen de faire encore mieux dans ce duel entre spécialistes de la course contre le temps pour s'offrir sa 4e victoire d'étape sur le Giro.
Effaçant les chronos les uns après les autres, il offrait les meilleures références possibles à son coéquipier en quête d'un podium. Mazzoleni, pris dans son élan et sous un soleil de retour, était même tout près d'ajouter la victoire à l'exploit. Mais pour trente-six secondes, la logique était respectée et Mazzoleni s'intercalait entre son habituel leader et Zabriskie. Un doublé qui offre à l'équipe suisse sa première victoire sur le Giro et un succès mérité pour l'un des duos les plus en vue de l'épreuve.
Eurosport du 03/06/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Dim 3 Juin - 22:48


Tour d'Italie (21ème et dernière étape) - Cinq succès à la une
Alessandro Petacchi a bouclé de la plus belle des manières son Giro 2007. Déjà vainqueur de quatre étapes depuis le départ, privé de tous ses rivaux qui ont abandonné les uns après les autres, l'Italien de Milram n'avait plus vraiment de concurrence pour aborder le sprint final à Milan. Et si Mikhail Ignatiev (Tinkoff) tentait bien de lâcher le peloton à cinq tours de l'arrivée, son avance n'excédait pas 20 secondes. Pas de quoi inquiéter le Spezian car c'était là la seule attaque dans cette dernière étape.
De la manière la plus prévisible, l'équipe Milram montait aux avant-postes dans le dernier kilomètre. Et comme à l'entraînement, le train bleu ciel préparait l'envol de son sprinter. Brett Lancaster, dernière rampe de lancement, roulait même quasiment dans le vide à 300m de la ligne. Sûr de son fait, Petacchi accélérait au nez et à la barbe de ses derniers adversaires. Il se payait même le luxe de boucler ce dernier sprint avec deux bonnes longueurs d'avance sur Ariel Maximilian Richeze (Panaria) et Paolo Bettini (Quick Step), décidément le grand perdant de l'arrivée malgré toutes ses tentatives.
Di Luca, des classiques au grand Tour
Contraint à l'abandon l'an dernier après une lourde chute et une blessure à la rotule, Petacchi avait promis qu'il aurait sa revanche. Loin de sa forme l'an dernier où il avait même dû parfois se mettre au service de son équipier Erik Zabel. Avec cinq victoires au sprint dans ce Tour d'Italie, il totalise désormais 24 victoires d'étape et 117 succès en carrière. Un excellent Tour ponctué du maillot cyclamen du classement par points où il n'a pas trouvé de rival à sa mesure (il termine avec 55 points d'avance sur Di Luca et 65 sur Bettini). Et même s'il ne cherchera pas à "bisser" les classements lors du prochain Tour de France, Ale-Jet sera bien présent sur les routes hexagonales pour aller chercher les victoires d'étape.
Au plus haut du palmarès 2007, c'est évidemment Danilo Di Luca qui restera. Le leader de la Liquigas a signé dimanche la plus belle de ses victoires. Longtemps catalogué coureur de classiques (victorieux à l'Amstel Gold Race, la Flèche Wallone et Liège-Bastogne-Liège), il a prouvé qu'il pouvait se muer en spécialiste de courses à étapes. L'Abruzzais figure surtout sur la plus haute marche d'un podium inattendu: il devance pour 1'55" le Luxembourgeois Andy Schleck (CSC), qui disputait là son premier grand Tour à 21 ans, et l'Italien Eddy Mazzoleni (Astana) de 2'25". Gilberto Simoni (Saunier Duval) et Damiano Cunego (Lampre), prétendants à la victoire, échouent tout près du Top3. Hubert Dupont (AG2R) est le premier Français au général (25e à 44'53" de Di Luca). Bien loin néanmoins de la 6e place de Sandy Casar l'an dernier...
Présent dans toutes les étapes de montagne, Leonardo Piepoli est sacré meilleur grimpeur du Giro. Son équipe Saunier Duval est la meilleure formation. Révélation de l'épreuve, Schleck repart en blanc.
Eurosport 03 Juin 2007

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Dim 8 Juil - 10:25


Tour de France (Prologue) - Intouchable Cancellara
Comme en 2004, Fabian Cancellara (CSC) a dominé le prologue du Tour de France. Dans les rues de Londres, le Suisse a devancé Andreas Klöden (Astana) de 13 secondes. L'Allemand a été le plus rapide de tous les favoris à la victoire finale, prenant déjà 17 secondes à son coéquipier Alex Vinokourov.
C'était une affaire de spécialistes et Fabian Cancellara est bien le meilleur spécialiste du genre. En 2004, le Suisse avait goûté au maillot jaune pour la première fois en remportant le prologue de Liège, devant Lance Armstrong himself. Le long chrono inaugural de Noirmoutier en 2005 ne le favorisait pas et il était absent l'an dernier. Le géant de l'équipe CSC guettait donc tout particulièrement ce prologue londonien pour réaffirmer sa suprématie. Personne ne lui est arrivé à la cheville. Ni les purs rouleurs du circuit comme Bradley Wiggins, quatrième devant son public, ni les favoris du Tour. Samedi, il y avait bien Cancellara et les autres.
Superbe dans son maillot arc-en-ciel, le double champion du monde du contre-la-montre, lancé à 53,7 km/h de moyenne, n'a pas eu le temps d'admirer les monuments de Londres qui parsemaient le parcours. Il n'était pas là pour faire du tourisme. Il a relégué Andreas Klöden à 13 secondes, un écart colossal sur moins de huit kilomètres. La statistique est encore plus significative si l'on considère que George Hincapie, troisième, pointe lui à 23 secondes ! Il faut remonter à la victoire de Chris Boardman en 1994 à Lille pour trouver trace d'une victoire plus large dans un prologue. Le Britannique avait alors devancé Miguel Indurain de 15 secondes.
Klöden se place déjà
C'est donc un véritable exploit qu'a signé Cancellara. Son succès est venu récompenser une équipe CSC bien malheureuse jusqu'à son arrivée. Entre la chute de Stuart O'Grady juste avant la flamme rouge, le couac de David Zabriskie (décevant 11e) et celui de Carlos Sastre, le plus mal loti des ténors (91e à près d'une minute). La marge de manoeuvre du Suisse peut lui permettre d'espérer conserver sa belle tunique dorée un peu plus longtemps qu'en 2003. Le plus menaçant des sprinters, Thor Hushovd, navigue déjà à 40 secondes. Le Norvégien, vainqueur surprise du prologue de Strasbourg en 2006, n'a pu rééditer son exploit sur un parcours qui ne lui convenait pas.
Si Cancellara est le grand triomphateur du jour, Andreas Klöden peut s'estimer très satisfait de son entame de Tour. L'Allemand a certes dû céder pour la gagne, mais l'ampleur de l'écart doit lui ôter tout regret. En revanche, il peut se targuer d'avoir pris du temps à tous ses adversaires pour le classement général. Rien de bien méchant, mais tellement important pour le moral. Et si la question du leadership chez Astana n'est évidemment pas à l'ordre du jour, Alexandre Vinokourov a tout de même concédé 17 secondes à son coéquipier Klöden. Chez Caisse d'Epargne, le lieutenant Karpets (6e à 26 secondes) a également pris le dessus sur les généraux, Pereiro (21e) et surtout Valverde, en net recul par rapport à 2006 (32e alors qu'il avait pris la 5e place l'an dernier).
Mais le Tour ne fait encore que commencer. Il est trop tôt pour s'emballer ou s'inquiéter. C'est ce que doit se dire Christophe Moreau, qui a lâché 49 secondes. Elles seront peut-être anecdotiques d'ici dix jours. Le dernier vainqueur du jour, peut-être plus encore que Cancellara ou Klöden, c'est le Tour lui-même. Au terme d'une semaine très troublée et peu propice à la fête, où il a surtout été questions de dopage ou de la peur des attentats, Londres a rempli sa mission. Parcours prestigieux, public nombreux et joyeux, tout y était. Même le soleil, absent depuis deux semaines sur la capitale anglaise, a eu le bon goût de sortir pour l'occasion. De quoi avoir envie de parler enfin de sport. Jusqu'à la prochaine fois...

Cancellara: "Je suis à 100%"
En s'imposant lors du prologue, Fabian Cancellara a offert, samedi à Londres, un peu de soleil à sa formation CSC touchée depuis plusieurs semaines par la polémique entourant Bjarne Riis. Vainqueur et premier maillot jaune 2007, le Suisse savoure pleinement et en veut encore davantage.
Quelle était votre stratégie aujourd'hui?
Quand j'ai parlé de la course avec mes directeurs sportifs, Kim Anderson et Alain Gallopin, nous étions d'accord pour que j'essaye de passer sous les neuf minutes. C'était la bonne stratégie, et je suis ravi d'avoir réussi à m'y tenir. C'est vraiment fabuleux d'être ici à Londres et de remporter le maillot jaune alors que j'ai déjà celui de champion du monde sur les épaules. Maintenant, je vais essayer de la garder le plus longtemps possible, histoire de l'avoir en arrivant en France. Je vais même faire les sprints comme au Tour de Suisse. On a une équipe très forte et je suis à cent pour cent.
Quelle différence par rapport à votre première victoire lors du prologue de Liège en 2004 ?
La grande différence, c'est la pression. Courir avec le maillot de champion du monde, à Londres, être le favori, on ne peut pas avoir plus. A Liège, pas grand-monde ne parlait de moi. Cette pression, j'ai appris à la gérer dans Paris-Roubaix. Cela m'a donné le calme pour faire le maximum.
Quelle signification a votre victoire par rapport à l'absence de Bjarne Riis ?
C'était très difficile pour nous tous quand Bjarne nous a dit qu'il ne serait pas avec nous sur le Tour. Mais la direction est la même. Sur ce Tour, on est capable de prendre nos responsabilités. C'est important d'avoir gagné aussi par rapport à notre sponsor dont le quartier général est ici, près de Londres. Le plus important, c'est le message qu'on fait passer: "entraîne-toi dur et fais toujours de ton mieux". Avec Bjarne, cela ne change rien. Il a pris ses responsabilités. Il faut voir le travail qu'il effectue avec nous, notamment dans les camps d'entraînement. C'est cela, la réalité.
Qu'avez-vous pensé de ce Grand Départ à Londres?
Londres est une grande ville, c'était un grand show pour le cyclisme. Une ambiance phénoménale. Mais c'était peut-être encore plus stressant pour les coureurs anglais : nous sommes à Londres et nous avons constaté qu'ici la popularité de l'événement est énorme. Aujourd'hui, voir cette ville où autant de spectateurs d'origines différentes se sont déplacés pour cette course, c'est une exposition magnifique pour le cyclisme.
Roger Federer en finale de Wimbledon, c'est donc la Suisse qui gagne...
(sourire) Je pense que le sport mondial est en Suisse ! Alinghi a gagné la Coupe de l'America, Federer, je l'espère, va gagner Wimbledon pour la cinquième fois et Cancellara a le maillot jaune. En tout cas, ça commence très bien !
Eurosport 08 Juillet 2007


Dernière édition par le Lun 16 Juil - 20:53, édité 2 fois

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Lun 9 Juil - 20:54


Tour de France (2ème Etape) - La bonne blague belge !
Final mouvementé à Gand pour la 2e étape du Tour de France. Le Belge Gert Steegmans (Quick Step) s'est imposé au sprint devant son leader Tom Boonen. Les deux hommes ont réglé un peloton réduit à sa plus simple expression après une spectaculaire chute collective à moins de 3 km de l'arrivée.
Le Tour n'était pas venu à Gand depuis pratiquement un demi-siècle. Pour succéder à André Darrigade, lauréat lors de cette dernière visite en 1958, on attendait un sprint massif au terme de l'étape la plus plate de cette édition 2007. Le sprint a bien eu lieu. Mais il n'a pas été si massif que ça, le peloton se trouvant complètement décimé par une gigantesque chute collective dans le final. C'est donc un groupe d'une vingtaine d'unités à peine qui s'est disputé la victoire sur la ligne d'arrivée. Drôle de sprint...et drôle de vainqueur, puisque, fait rarissime, un poisson pilote, Gert Steegmans, a battu son sprinter en chef, Tom Boonen !
Il était donc écrit que rien ne se passerait comme prévu pour le court séjour de la Grande Boucle en Belgique. Steegmans, 26 ans, s'offre incontestablement la plus belle victoire de sa carrière et pas la moins surprenante. Comme à son habitude, il a pris l'ultime relais afin de placer sur orbite Boonen. Mais cette fois, Boonen n'est jamais passé devant et Steegmans s'est imposé. Superbe doublé pour l'équipe Quick Step, dont le siège social est justement situé à Gand. Que demande le peuple flamand?
Boonen pas rancunier
On aurait pu croire Boonen contrarié par cette issue. Après tout, il guette une victoire d'étape sur le Tour depuis deux ans maintenant. Il avait ciblé le rendez-vous de Gand sur son agenda. C'est raté. Mais le champion du monde 2005 était pourtant tout sourire à l'arrivée, d'autant qu'il prend le maillot vert au détriment de Robbie McEwen, seulement 6e lundi. "Je suis vraiment content de prendre le maillot, a-t-il confié. Quand Gert part pour me lancer, je ne vois plus personne derrière. C'est une situation rare dans un sprint. C'est bien que cela soit lui qu'il gagne. Je ne lui ai pas fait de cadeau, il a gagné tout seul cette étape. Notre moral est bon, on l'a prouvé aujourd'hui."
Ce drôle de dénouement, 80% des coureurs du Tour l'ont suivi à la télé, sur un écran géant placé au bord de la route. Ils n'avaient pas bougé depuis la chute survenue quelques minutes plus tôt. Un incident sans conséquence a priori pour la suite du Tour, puisqu'elle s'est avérée plus spectaculaire que grave. Pas d'incidence non plus sur le classement général, puisqu'il s'est produit à moins de trois kilomètres de l'arrivée. Les 188 rescapés ont donc tous été classés dans le même temps. Pas de souci à ce niveau-là donc pour le leader du classement Fabian Cancellara. Mais le Suisse, pris dans la chute, s'est tout de même blessé à la main dans cette affaire. A suivre...
A trois kilomètres près, le maillot jaune a pourtant failli passer une journée on ne peut plus tranquille. Humide et froide, certes, mais tranquille. L'équipe CSC n'a en effet jamais été menacée par l'échappée du jour, menée par le géant Marcel Sieberg (Milram) et son mètre 98, par le Français Cédric Hervé (Agritubel, 30 centimètres de moins) et l'Espagnol Ruben Perez (Euskaltel). Malgré leurs efforts, ils ont rendu les armes à moins de quatre kilomètres de l'arrivée. Quelques secondes seulement avant que les trois-quarts du peloton ne se retrouvent au tapis...
Eurosport du 09/07/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Lun 9 Juil - 20:58

Classement général (après la 2ème Etape)
1- Fabian CANCELLARA (SUI)-CSC--> 4h47'51.000''(Ecart--> 00.000'')
2- Andréas KLÖDEN (GER)- AST--> 4h48'04.000'' (Ecart--> 13.000'')
3- David MILLAR (GBR)- SDV --> 4h48'12.000'' (Ecart-->21.000'')
4- George HINCAPIE (USA)- DSC--> 4h48'14.000'' (Ecart-->23.000'')
5- Bradley WIGGINS (GBR)- COF--> 4h48'14.000'' (Ecart-->23.000'')
6- Vladimir GUSEV (RUS)- DSC--> 4h48'16.000'' (Ecart-->25.000'')
7- Vladimir KARPETS (RUS)- GCE--> 4h48'17.000'' (Ecart-->26.000'')
8- Thor HUSHOVD (NOR)- C.A--> 4h48'20.000'' (Ecart-->29.000'')
9- Alexandre VINOKOUROV (KAZ)- AST--> 4h48'21.000'' (Ecart-->30.000'')
10- Thomas DEKKER (NED)- RAB 4h48'22.000'' (Ecart-->31.000'')

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par espoir le Sam 14 Juil - 18:55

Tour de France (7ème Etape) - La 1ère journée de Montagne!
La première journée de montagne entre Bourg-en-Bresse et LE grand Bournand a vu le changement du maillot jaune, puisque le suisse Cancellara a passer son maillot à l'Allemand Linus Gerdemann (T-Mobile), vainqueur de l'étape après une attaque lors du dernier Col.
Pour la victoire de la grande boucle, on ne peut rien annoncer ce soir, puisque les grands favoris se sont neutralisés lors de cette 7ème étape.
Il faut noter que le Kazak Vinaukorouv a bien tenu le coup, après la chute de l'avant veille. Le leader d'Astana maintient ses chances intactes pour la victoire finale.


Dernière édition par le Sam 14 Juil - 19:40, édité 1 fois

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout sur la saison cycliste 2007

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum