Sarkozy en visite en Algérie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sarkozy en visite en Algérie

Message par espoir le Mar 10 Juil - 17:03

Plusieurs dossiers dossiers seront abordés avec le président Bouteflika
Sarkozy à Alger : 6 heures de realpolitik

Les discussions entre les deux présidents sont d’ores et déjà qualifiées d’”opérationnelles”.
Une visite très significative pour l’avenir des deux pays. Les terrains marécageux seront évités de part et d’autre pour aller à l’essentiel. Le déplacement aujourd’hui du chef de l’État français à Alger, au-delà de sa campagne pour son projet pour l’union de la Méditerranée, est déjà un pas de franchi. Reste à savoir sur quoi porteront les discussions qu’Alger qualifie d’ores et déjà d’opérationnelles.
La visite du président français à Alger revêt d’abord un cachet consensuel. Si les sujets divergents seront évités, une façon de voir la bouteille à moitié pleine au lieu de la voir à moitié vide, c’est dans le souci de passer aux choses concrètes afin de pouvoir avancer dans l’assainissement des relations bilatérales qui ont connu jusqu’à un passé récent des turbulences. Les deux parties ont donc décidé d’éviter les terrains marécageux, à savoir l’épineux problème lié aux thèmes de l’histoire de la colonisation et du devoir de mémoire.
Si cette approche avait été de rigueur depuis la visite en octobre 2006 à Alger de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, il faudrait s’attendre à la confirmation de la nouvelle réorientation des relations bilatérales vers plus de pragmatisme. Alger voit en cette visite “un pas significatif de franchi dans les relations entre l’Algérie et la France”.
Quant au choix porté sur l’Algérie, les sources proches du dossier affirment qu’en procédant de la sorte, Nicolas Sarkozy montre tout l’honneur et l’intérêt qu’il porte pour l’Algérie.
Au-delà du fait que le locataire du palais de l’Élysée considère que l’Algérie est un allié stratégique dans sa nouvelle politique méditerranéenne, il entend également asseoir à travers son projet qu’il soumettra, aujourd’hui et demain, à ses interlocuteurs de l’Afrique du Nord une politique de voisinage équilibrée qui prendrait en compte les intérêts des uns et des autres comme l’a si bien fait l’ancien président du gouvernement espagnol Aznar.
Une politique que son successeur le socialiste Zapatero a totalement remise en cause au profit d’un ralliement aux thèses marocaines, notamment sur la question du Sahara occidental. Sur ce dossier bien précis, Alger attend des éclaircissements, surtout que l’ambassadeur de France à Alger, M. Bernard Bajolet, avait affirmé dans une rencontre informelle avec la presse que le conflit sahraoui “n'est pas un problème majeur ni un enjeu pour la France”. Et le diplomate d'ajouter : “Sarkozy surprendra les Algériens (comme) il a déjà surpris les Français.” Et compte tenu de cette proximité récurrente et le sens de la communication entre l’Algérie et la France, peut-on ainsi considérer que le terrain est bel et bien balisé ? En clair, Alger et Paris sont aujourd’hui interpellés afin d’avoir une vision commune puisque l’avenir est commun. C’est un défi à relever aussi bien du côté français que du côté algérien, même si Alger n’a revendiqué que son droit légitime quant à la reconnaissance des crimes coloniaux commis en 132 ans d’occupation.
Le président Sarkozy qui, durant la campagne électorale, a rejeté l'idée d'une repentance de la France pour son génocide perpétré en Algérie pendant la période coloniale, n’a rien dit sur le sujet depuis son investiture. Pour Bernard Bajolet, ce dossier n'est pas un obstacle à un “partenariat d'exception” entre les deux pays.
D'ailleurs, ce dossier ne sera pas évoqué à l’occasion de la visite de Sarkozy en signe de la bonne volonté d’Alger d’apaiser la tension diplomatique qui a caractérisé les relations entre les deux pays ces dernières années. Mais il n’en reste pas moins que les autorités algériennes attendent des gestes forts de la part de Nicolas Sarkozy afin qu’il rétablisse la vérité sur l’histoire coloniale, comme la France a eu à le faire avec d’autres pays auparavant.
Liberté du 10/07/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy en visite en Algérie

Message par espoir le Mar 10 Juil - 17:06

L'algérie et la France sont liées historiquement, elles sont condamnées à s'entendre dans l'intérêt des deux peuples. Pour cela, il faut une autre vision, basée sur le respect, et la coopération. Et pour y arriver, il faut d'abord assainir le passé historique, car beaucoup de choses doivent être éclaircies afin d'évacuer une bonne fois pour toute, les tensions qui persiste encore.

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy en visite en Algérie

Message par espoir le Jeu 12 Juil - 11:43

Visite d’Etat à Alger de Nicolas Sarkozy en novembre
Le gaz au cœur des discussions

La coopération dans le domaine gazier primera, lors des entretiens qu’auront respectivement, les Présidents français et algérien, à l’occasion de la visite d’Etat qu’effectuera à Alger, Sarkozy, en novembre prochain.
Ceci même s’il n’en a pas soufflé un mot, durant le point de presse tenu à Alger, au terme de sa rencontre avec son homologue algérien, Abdelaziz Bouteflika, le Président français Nicolas Sarkozy, a laissé entendre, mardi soir, lors de sa seconde escale maghrébine, en Tunisie, que le renouvellement des contrats d'approvisionnement à long terme de Gaz de France en Algérie était "plutôt bien parti". Celui-ci a clairement signifié que "la France a un problème pour le renouvellement de ses contrats d'approvisionnement à long terme sur 2013 et je crois pouvoir dire que c'est plutôt bien parti", a-t-il déclaré, lors d'un point de presse organisé à Tunis. Il a précisé que ce serait un des objets de la visite d'Etat qu'il doit effectuer en Algérie en novembre prochain. "C'est un point très important pour nous", a-t-il ajouté. "Parmi les producteurs de gaz, vous avez la Russie, l'Iran, le Qatar où rien n'est libre jusqu'en 2009. Et donc, tout ça c'est quand même assez sérieux".
Le Président français, Nicolas Sarkozy, placera la question d'une coopération et pourquoi pas, une éventuelle alliance entre Gaz de France et la société nationale algérienne Sonatrach au cœur de sa visite en Algérie. "On n'est pas encore au stade de la négociation. Je vous confirme que le président Bouteflika et Nicolas Sarkozy en avaient déjà parlé en novembre 2006, et c'est un sujet qui sera encore au cœur de la discussion", a déclaré le porte-parole de l'Elysée, David Martinon, dans un entretien accordé à radio BFM. Nicolas Sarkozy a lui-même déclaré ce week-end au Journal du Dimanche qu'il aborderait le sujet GDF-Sonatrach avec son homologue algérien, Abdelaziz Bouteflika. Il a jugé "intéressante" l'idée d'un tel partenariat”. "On peut s'adosser à un producteur de gaz et en même temps faire la fusion. Ce n'est pas l'un ou l'autre. D'autre part, parmi les producteurs de gaz, il n'y a pas que Sonatrach, même si Sonatrach est importante", a-t-il expliqué.
Réticent sur le projet de fusion Suez-GDF porté par l'ex-Premier ministre Dominique de Villepin en février 2006, Nicolas Sarkozy n'a cessé de réfléchir à des schémas alternatifs.
DDK du 12/07/07

_________________

La voix éternelle du rebelle
avatar
espoir

Nombre de messages : 1934
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy en visite en Algérie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum